Jeudi 12 décembre 2019 | Dernière mise à jour 14:45

Cinéma Jennifer Aniston: «J’adore improviser dans les comédies»

L'actrice joue une mère qui apprend que son ex s’est remarié avec une plus jeune qu’elle dans «Joyeuse Fête des mères», actuellement à l’affiche.


Galerie photo

Jennifer et Justin au temps du bonheur

Jennifer et Justin au temps du bonheur Mariés depuis le mois d'août 2015, ils pensaient alors "enfants". Maintenant c'est la séparation qui est à l'ordre du jour.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans le film, Jennifer Aniston partage l’affiche avec Julia Roberts: «J’étais si impressionnée que, lors de notre première scène commune, je l’ai appelée Julia au lieu de Miranda, le prénom de son personnage. On a dû tout reprendre à cause de moi.»

Encore une comédie romantique pour Jennifer Aniston, qui les enchaîne depuis l’arrêt de la série «Friends»! Cette fois-ci, c’est «Joyeuse Fête des mères», réalisé par Gary Marshall – l’un des rois du genre – et sorti hier sur les écrans romands. Dans cette histoire de quatre femmes, quatre mères dans des situations familiales aussi diverses que complexes, l’actrice est entourée de Julia Roberts, Kate Hudson et Britt Robertson. Rencontre.

Vous êtes devenue la reine des comédies. Pourquoi avoir accepté «Joyeuse Fête des mères»?

Pour travailler avec Gary Marshall. J’ai dit oui avant même de lire le scénario tellement j’avais envie de faire partie de son équipe. C’est un rayon de soleil dès qu’il arrive sur un plateau. Je suis persuadée que la quasi-totalité des acteurs ont accepté ce film pour Gary avant tout. Les dialogues sont secondaires quand on se sait entre les mains d’un grand monsieur comme lui.

Comment présenter Sandy, votre personnage?

C’est une mère divorcée qui apprend que son ex s’est remarié avec une fille beaucoup plus jeune qu’elle. Comme ils ont la garde partagée des enfants, Sandy se retrouve obligée de laisser entrer cette belle-mère indésirable dans la vie de ses enfants.

Cette jeune belle-mère est incarnée par Shay Mitchell, star de la série «Pretty Little Liars»…

Shay était adorable, presque timide les premiers jours. J’ai dû la mettre à l’aise avant de démarrer les scènes où nous nous faisions face. Elle est jeune, belle, sexy… De quoi énerver n’importe quelle femme si son ex-époux retrouve l’amour avec une si belle plante.

Est-ce facile d’incarner la mère de deux enfants lorsque vous n’êtes pas maman vous-même?

J’ai suffisamment d’enfants autour de moi pour connaître ce genre de situation. Il n’est pas indispensable d’avoir donné la vie pour avoir l’instinct maternel. De la même manière que je peux jouer une femme dépressive sans avoir envie de me suicider.

Timothy Olymphant incarne votre ex-mari et Jason Sudakis, votre compagnon. Les avez-vous choisis vous-même?

Non, mais j’aurais pu: je les adore. Ce sont deux gentlemen. Tim et moi avons fait un film ensemble il y a une quinzaine d’années. Et Jason, j’ai l’impression qu’il est dans tous mes films. (Rires.) C’est agréable de travailler avec des amis car je me sens en confiance quelle que soit la scène.

Quelle est l’originalité d’un film de Gary Marshall par rapport à vos comédies précédentes?

Je n’ai jamais rencontré un metteur en scène qui soit à ce point aux petits soins avec ses acteurs. Tout est étudié pour éviter de perdre du temps et optimiser notre présence sur le plateau. On se plaint souvent de passer quatorze heures sur un tournage et d’attendre des heures entre la préparation de chaque séquence. Rien de cela avec Marshall. Gary nous a beaucoup laissés improviser, ce que j’adore dans une comédie. En fait, la première fois que l’on tournait une scène, on suivait exactement le scénario. Ensuite, il nous disait de nous amuser avec les dialogues. Parfois, on pouvait continuer de longues minutes avant que Marshall ne crie «coupez!»

Gary Marshall a consacré un film au réveillon du Nouvel-An ainsi qu’à la Saint-Valentin avant de réaliser «Joyeuse Fête des mères». Prête pour la «Fête des pères» l’an prochain?

Je serai toujours là pour Gary. Je trouve qu’il fait un excellent travail d’observation sur ce qu’est une famille dans nos sociétés modernes. Le cliché du père, de la mère et des trois enfants n’existe presque plus. Chacun des films que vous mentionnez est une réflexion actuelle sur l’évolution des mentalités et des relations de couple.

Est-il exact que vous avez été impressionnée par Julia Roberts, votre partenaire dans le film?

Et comment! C’est Julia Roberts, la plus grande star de Hollywood! Nous nous connaissons depuis des années dans nos vies privées et on a discuté lors de différents événements, mais lui donner la réplique, c’était une autre histoire. C’est bien simple: j’étais tellement impressionnée que, lors de notre première scène commune, je l’ai appelée Julia au lieu d’utiliser Miranda, le prénom de son personnage. On a dû reprendre toute la scène à cause de moi.

Vous avez participé récemment à la télé à une sorte de réunion de «Friends» avec vos anciens partenaires. Pourrait-on imaginer à présent un film?

Je crois que l’on peut définitivement dire que cela n’arrivera pas. Nous asseoir ensemble pour évoquer nos souvenirs de tournage était un moment nostalgique mais sympa pour nous tous. Par contre, je ne vois pas l’intérêt de retrouver Rachel des décennies après le dernier épisode de «Friends». Laissons ce feuilleton dans l’histoire du petit écran comme un moment culte mais dans le passé.

Créé: 26.05.2016, 07h19

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.