Samedi 18 janvier 2020 | Dernière mise à jour 13:18

Interview Jodie Foster: «J'aime voir mon visage prendre des rides»

L’actrice revient prochainement dans «Hotel Artemis» après cinq ans d’absence. Et n’a pas eu peur de se vieillir de 20 ans pour ce film.

À VOIR
Dans «Hotel Artemis», de Drew Pearce, Jodie Foster dirige un hôpital pour les criminels les plus dangereux de Los Angeles.
Dès le 25 juillet 2018 sur les écrans romands.
Avec également Jeff Goldblum, Sterling K. Brown et Sofia Boutella. (Image: Ascot Elite)

Galerie photo

Jodie Foster a son étoile sur Hollywood Boulevard

Jodie Foster a son étoile sur Hollywood Boulevard Jodie Foster, lauréate de deux Oscars, a inauguré son étoile mercredi 4 mai sur le fameux Hollywood Walk of Fame de Los Angeles.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À 55 ans, Jodie Foster a elle-même insisté pour pouvoir être grimée afin d’en paraître vingt de plus dans son nouveau film, «Hotel Artemis». Elle s’en explique.

«Hotel Artemis» signe votre retour. Qu’est-ce qui vous a attirée dans ce film?

J’ai adoré le scénario qui mêle thriller, horreur, anticipation et science-fiction. Il se déroule une dizaine d’années dans le futur. Je joue une infirmière qui dirige un hôpital où sont enfermés les plus grands criminels de Los Angeles.

Vous avez voulu vous vieillir pour le film. Pourquoi?

J’ai demandé son accord au réalisateur pour donner à mon personnage une apparence plus âgée car je pensais que ce serait plus fort. Je n’ai aucune vanité sur mon physique. Je trouve au contraire intéressant de se vieillir à l’écran. Je comprends que certaines actrices aient du mal à accepter de passer le cap des 40 ans. Moi, j’ai toujours été une actrice, pas une ingénue qui doit jouer l’amoureuse d’un gars.

Vous seriez donc l’une des rares stars à ne pas ressentir la pression de Hollywood pour rester jeune et sexy à l’écran?

Je tourne depuis que j’ai 3 ans et j’ai apprécié chaque étape de ma vie de femme. Je n’ai jamais voulu me soumettre au diktat de la beauté de Hollywood. J’aime au contraire voir ma peau changer, mon visage prendre des rides… Devenir vieille ne m’a jamais préoccupée de cette façon.

À propos de vieillir, est-il exact que vous avez installé votre mère dans votre maison pour vous occuper d’elle?

Ma mère est en pleine forme et elle va tous nous enterrer par sa bonne santé, mais elle est atteinte de démence. Elle n’a pas voulu quitter sa maison de Calabasas, en Californie, alors elle continue à y vivre seule, mais nous l’avons entourée de personnels soignants. Il n’y a que deux choses que maman a toujours adorées: voir des films et manger. Et elle ne fait plus que ça.

Êtes-vous souvent avec elle?

Très souvent. Elle n’aime pas sortir, mais on essaie de l’emmener au centre commercial pour qu’elle voie des gens et la vie extérieure. C’est très difficile de voir nos parents vieillir, mais j’ai la chance de pouvoir l’aider. Mes frères et sœurs font beaucoup aussi, surtout Connie, qui a une relation encore plus forte avec elle depuis les débuts de sa maladie, il y a quinze ans.

Votre film s’appelle «Hotel Artemis». Quel est votre meilleur souvenir d’hôtel?

Ado, je passais avec maman deux mois à l’hôtel pour chaque tournage. Nous changions d’hôtel au gré des productions. À 12 ans, j’ai fait «Bugsy Malone» près de Londres et toute l’équipe logeait dans un Holiday Inn près de Heathrow. C’était bruyant, il y avait une table de ping-pong près de la piscine qui sentait fort le chlore et j’étais l’une des seules Américaines, entourée d’Anglais de mon âge. Malgré tout, c’est l’un des meilleurs souvenirs de ma jeunesse.

Question sur la Suisse: que vous évoque notre pays?

C’est le plus bel endroit du monde pour le ski. Ne me demandez pas des noms précis, car je tiens à rester discrète, mais je suis souvent venue dans vos stations. J’adore skier. Je trouve cela aussi apaisant que de la méditation.

Pourquoi?

Impossible de penser à autre chose sinon on risque l’accident. Si vous dévalez une piste noire en pensant à Trump, vous allez vous casser quelque chose. Je le sais, vu que je me suis blessée à un genou l’hiver dernier de cette manière (rires).

Vous avez deux fils, Kit, 16 ans et Charles, 20 ans. Quelle mère êtes-vous?

J’ai toujours été obsédée par le contrôle, dans ma carrière comme dans ma vie privée, mais j’ai eu la chance d’avoir des enfants relativement faciles à vivre… sauf lorsque mon aîné invite des potes vers minuit et qu’ils décident de faire de la musique. Mais cela arrive rarement et j’ai appris à être un peu plus cool car mes fils sont vraiment des mecs bien.

Créé: 19.07.2018, 06h51

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.