Jeudi 14 décembre 2017 | Dernière mise à jour 19:43

Genève Quand Johnny mettait le feu à l'Arena

Le rockeur nous avait accordé une interview lors de son passage dans la cité de Calvin en 2012. Séquence nostalgie.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il est 22h30, lundi soir, à l’Arena lorsque Johnny Hallyday quitte la scène dans un ultime salut sur son nouveau single, «L’attente». On le retrouve 1h20 plus tard, dans sa loge, pour une interview. «Je file à Marseille le 22 décembre pour le dernier concert de la tournée et le 23 je suis à Gstaad», commente le rocker en denim brut, pull et boots noirs. Il balaie d’un revers de main les rumeurs de son départ de Suisse. «On raconte n’importe quoi! Je vais même skier.» Comme nous le disait le producteur Gilbert Coullier quelques minutes avant: «Tous les voyants sont au vert. L’album cartonne (ndlr: 200'000 exemplaires vendus en 2 semaines) et la tournée affiche complet.» Johnny est serein. «On peut toucher le ciel quand on n’a plus 20 ans… apparemment, oui. Sans problème!» commente-t-il, souriant, en reprenant à son compte la chanson écrite pour lui par Miossec. «J’aime ce que je fais et le public me le rend bien. En 52 ans de métier, j’ai dû avoir 2 ou 3 problèmes de santé, comme tout le monde, mais je suis en pleine forme. Vous savez ce qui me libère? Je n’ai plus rien à prouver. Voilà pourquoi je prends autant de plaisir.»

Au cinéma avec Claude Lelouch

Ce plaisir, il le partage désormais en photos, sur Twitter et Instagram. L’une d’elles le montre aux côtés de Jimmy Page, guitariste de Led Zeppelin. «Il est venu me voir dans ma loge, au Beacon Theater de New York. Avoir enregistré avec lui autrefois reste inoubliable. On en a parlé ce jour-là: il n’est pas exclu que dans un prochain album – j’ai envie d’en refaire un à Londres – il vienne jouer avec nous.» Hallyday sait s’entourer. Sur scène, lundi, son band était au zénith. «Je ne pourrais pas me produire avec un groupe médiocre. Je cherche toujours les meilleurs. Et j’ai la chance de vivre dans des pays où il y a de bons musiciens. En Angleterre, aux Etats-Unis, en France. Et mon bassiste ( ndlr: Fred Jimenez) est de Genève! J’ai un groupe super.»

Johnny Hallyday a rendez-vous avec le cinéma en janvier. «Je fais mon métier de chanteur comme un acteur. Une chanson, j’essaie de la faire vivre avec les sentiments que le texte transmet aux gens.» Mais comment éviter l’amalgame, effacer l’image du rocker au cinéma? «Ça passe par le maquillage, la couleur des cheveux – je ne fais plus de mèches blondes, en ce moment je retrouve ma couleur naturelle. Cela me permet de ne pas être le Johnny qu’on voit sur scène. C’était le cas de la pièce dans laquelle j’incarnais un métis. On dit toujours que l’habit ne fait pas le moine, mais ça aide quand même!»

Et pour Claude Lelouch? «Je tourne «Salaud, on t’aime!» avec Eddy Mitchell qui sera à la fois mon copain et un docteur. Ma petite amie, qui va devenir ma femme dans le film, c’est Sandrine Bonnaire.» Johnny sera reporter photo. «Comme à la grande époque de Match. Ce type décide de se calmer, achète un hameau dans la montagne pour y réunir les quatre filles qu’il a eues avec quatre femmes. Et ça se passe très mal. C’est une histoire sentimentale avec un meurtre. C’est donc également un thriller.»

Johnny est un passeur d’émotions. Une vibration découverte au cinéma justement. «Travailler avec Jean-Luc Godard sur «Détective» m’a beaucoup appris. Il n’y avait pas grand-chose d’écrit et beaucoup d’improvisation. Il nous donnait une page de texte une heure avant. Cette façon de travailler m’a aidé énormément en tant que chanteur, sur scène.» Acteur chanteur ou l’inverse? Les deux! L’année 2013, l’année de ses 70 ans, sera chargée. «Je n’ai rien prévu de spécial ( ndlr: pince-sans-rire ): un film, quelques concerts dans des petits endroits, un cadeau pour les fans avec des places très bon marché pour rembourser les frais. Je ne serai pas payé. On fera La Cigale. Je poursuis en juillet-août avec Lelouch. Et on recommencera les grands concerts en octobre. Le travail me permet de tenir. De rester jeune!» (Le Matin)

Créé: 05.12.2012, 07h22


Sondage

A quelle fréquence jouez-vous à l'EuroMillions ou au Swiss Loto?





Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.