Dimanche 22 septembre 2019 | Dernière mise à jour 15:45

Héritage Royalties: la justice donne (en partie) raison à David et Laura

La justice a décidé ce mardi de geler une partie des revenus générés par les ventes d'albums de Johnny Hallyday.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Enième épisode dans l'affaire de l'héritage Johnny Hallyday: la justice française a ordonné mardi le gel de 37,5% des royalties liées aux albums du chanteur français, dont le dernier, posthume, s'est écoulé à plus d'un million d'exemplaires. C'est une demi-victoire pour les aînés Hallyday, qui demandaient que 75% de ces royalties soient bloqués.

Depuis plusieurs mois, Laura Smet et David Hallyday contestent la succession de leur père, décédé en décembre 2017, qui a tout légué à sa dernière épouse Laeticia Hallyday et à leurs deux filles Jade et Joy.

Gel des redevances

En avril, les deux premiers enfants du chanteur avaient déjà obtenu de la justice française le gel d'une partie des avoirs de leur père, notamment ses propriétés immobilières en France ainsi que ses droits d'auteur - les revenus tirés de la diffusion de ses morceaux.

Cette fois-ci, ils réclamaient le gel des redevances sur les ventes d'album dues par les maisons de disque Sony, Universal et Warner, notamment celles générées par l'album posthume «Mon pays c'est l'amour».

Dans sa décision, le tribunal de grande instance de Paris estime qu'il existe bien un risque de «dommage imminent» pour David et Laura, justifiant le gel d'une partie de ces redevances. Ce risque provient de l'existence d'un «trust» en Californie, établi au seul bénéfice de Laeticia Hallyday, la veuve du chanteur.

Un coffre-fort

Dans son testament, Johnny Hallyday a notamment demandé que l'ensemble de ses biens et de son patrimoine soient placés dans le giron du trust JPS, une structure juridique basée en Californie et établie au seul bénéfice de Laeticia Hallyday. Cette structure, qualifiée de «coffre-fort» par les avocats des aînés Hallyday, est l'objet de toutes leurs inquiétudes.

En juillet, la Bank of America, gérant (trustee) du JPS trust, a notamment demandé le transfert de l'ensemble des redevances dues par les majors à Johnny Hallyday, dans le giron du JPS trust.

Deux audiences prévues

Une audience est prévue le 22 janvier en Californie pour étudier cette requête. Si la justice américaine faisait droit à cette demande, David Hallyday et Laura Smet seraient alors dans l'impossibilité «de recouvrer la part successorale à laquelle ils pourraient prétendre», dans le cas où la justice française leur donnait droit à une partie de l'héritage.

Une audience est prévue le 22 mars à Nanterre, en région parisienne, pour décider de la compétence de la justice française pour trancher cette question.

L'avocat de Laeticia Hallyday, Me Ardavan Amir-Aslani, souhaite que l'affaire soit portée devant la justice américaine, dernier lieu de résidence du chanteur. Mais pour les avocats de David et Laura, c'est le droit français qui doit s'appliquer, car «Johnny Hallyday est une part de la France», d'où il tirait la majeure partie de ses revenus. (ats/nxp)

Créé: 18.12.2018, 15h15

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.