Lundi 14 octobre 2019 | Dernière mise à jour 03:23

Justice Laeticia Hallyday: pourquoi s'est-elle séparée de son avocat?

A la surprise générale, la veuve de Johnny Hallyday s'est séparée de Maître Ardavan Amir-Aslani. Ce choix serait dû à un événement bien précis.

Maître Ardavan Amir-Aslani et Laeticia Hallyday à la sortie d'un rendez-vous à Paris, en octobre 2018.

Maître Ardavan Amir-Aslani et Laeticia Hallyday à la sortie d'un rendez-vous à Paris, en octobre 2018. Image: Mehdi Taamallah/NurPhoto via Getty Images

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Alors que le tribunal de Nanterre se déclare compétent pour trancher sur la question de l'héritage de Johnny, Laeticia Hallyday ne lâche rien. Elle vient de demander la nationalité américaine et espère faire basculer le procès en sa faveur. Pour ce faire, la veuve de Johnny Hallyday vient de se séparer de son avocat historique, Me Ardavan Amir-Aslani. Présent à ses côtés depuis le début de cette bataille judiciaire contre David et Laura.

Une phrase à l'origine de la séparation

A la place, elle a choisi de s'entourer de trois avocats: David Gordon-Krief, Alain Scheuer et Gilles Gauer. Elle a aussi demandé à Jacques Verrecchia de représenter ses filles Jade et Joy, jusqu’ici laissées pour compte dans cette affaire d’héritage. Et si Laeticia Hallyday n’avait pas expliqué le choix de cette séparation, «Gala» semble savoir le pourquoi. Elle n'aurait pas pardonné une grave erreur qu'il aurait commise. «L'interview donnée au «Point» par Laeticia contenant la phrase: «J’ai épousé la tour Eiffel», et qu'on suppose avoir été relue par Amir-Aslani, ne lui aurait pas porté bonheur», a écrit le magazine.

Cette formule qui, depuis, est constamment utilisée contre Laeticia Hallyday lui aurait causé bien des problèmes selon l'hebdomadaire. En effet, c'est en grande partie en raison de ces mots qu'elle n'a pas obtenu gain de cause au tribunal de Nanterre. Face aux juges, la partie adverse s’est appuyée sur cette maladresse pour décréter qu’elle avait épousé le code civil français, qui ne permet pas de déshériter ses enfants, contrairement à la loi américaine.

Créé: 02.08.2019, 16h55

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.