Mardi 22 août 2017 | Dernière mise à jour 10:49

Reportage Laetitia Guarino opère à cœur ouvert

En dernière année de médecine, l’ex-reine de beauté fait un stage en chirurgie cardiaque. «Le Matin» l’a suivie au bloc.

Galerie photo

Laetitia Guarino s'engage pour les enfants

Laetitia Guarino s'engage pour les enfants Miss Suisse 2015 est en Inde avec sa mère pour suivre le programme d'aide à l'enfance de Terre des hommes.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Avec calme, le geste sûr, extrêmement concentrée, elle saisit une pincette, un ciseau, aspire le sang pour libérer le champ opératoire pour le chirurgien cardiaque Thierry Carrel: l’ex-Miss Suisse Laetitia Guarino, 24 ans, en dernière année de médecine, participe à deux opérations du cœur sur les 8 au programme, et quelquefois trois lorsqu’elle est de garde la nuit, depuis qu’elle a commencé un stage d’un mois – en allemand — dans le service de chirurgie cardiaque du célèbre professeur à L’Hôpital de l’Île à Berne.

Nous l’avons suivie sur un remplacement de l’aorte et de la valvule aortique où elle assistait son équipe. «On sous-estime souvent le rôle du second assistant, celui que tient Laetitia, alors qu’il est essentiel», souligne Thierry Carrel. «Laetitia est une étudiante très motivée, très alerte, intéressée, bien préparée et qui s’engage. En plus, elle travaille dans un environnement où ce n’est pas sa langue maternelle, ce qui constitue une difficulté supplémentaire.»

Quand nous retrouvons Laetitia ce jour-là à 9 heures pour aller au bloc, elle a déjà participé à 7 h 30 au briefing du service, avant de s’occuper des entrées et des visites de patients. Certains reconnaissent Miss Suisse 2014: «Ils me dévisagent un peu, regardent plusieurs fois mon badge. Mais ils ne disent rien», sourit-elle. Blouse blanche et baskets, elle se déplace déjà avec aisance dans l’immense établissement hospitalier.

Après avoir revêtu sa tenue et choisi ses gants, place à la stérilisation des mains et avant-bras. Puis elle entre au bloc et revêt sa tenue stérile. Elle connaît le cas du jour et s’intègre immédiatement dans l’équipe qui a déjà ouvert le thorax.

Penchée sur le patient, Laetitia écoute attentivement les explications, en français parfois pour elle, du Dr Carrel, originaire de Fribourg, pendant qu’il retire l’aorte abîmée et la remplace par une prothèse de Dacron. Mais elle suit aussi les instructions en suisse allemand et allemand. Ironie du sort: elle a appris la langue de Goethe durant son règne de Miss Suisse, où elle travaillait principalement outre-Sarine.

«Miss Suisse a aussi changé mon parcours professionnel, nous confiera-t-elle une fois sortie du bloc. Grâce à mon expérience ces deux dernières années avec Corelina (ndlr: la fondation du Dr Carrel pour les enfants malades du coeur dont elle était ambassadrice durant son règne) et Terre des hommes, je m’intéresse à la chirurgie cardiaque pédiatrique et envisage sérieusement cette spécialisation.» Cette dernière année de médecine avant l’examen fédéral est constituée de 10 stages d’un mois qui doivent lui permettre de faire son choix. Si Laetitia Guarino reste en chirurgie, elle devra faire deux ans de chirurgie générale puis remplir son catalogue d’opérations en 5 à 6 ans de chirurgie cardiaque.

Aucun traitement de faveur

Pendant l’opération, le cœur du patient et ses poumons sont débranchés. Une machine prend le relais et oxygène son sang. Les poumons continuent d’êtres ventilés à bas régime pour éviter qu’ils restent collés. Puis, au moment crucial de suturer la prothèse, la circulation du patient, dont la température a été abaissée à 28 degrés pour éviter des lésions, est complètement stoppée. Seul son cerveau reste irrigué par deux cathéters placés dans les artères carotides. C’est le laps de temps dont dispose l’équipe pour placer la prothèse de 3 cm de diamètre.

Les gestes de Laetitia sont sûrs, précis, parfaitement calés sur ceux du professeur et de son médecin assistant. Le Dr med. Paul Libera, manager de la clinique, qui nous a servi de guide durant notre venue au bloc, ne cache pas son enthousiasme: «Laetitia sait toujours ce qu’il faut faire, instinctivement. Elle sait aider les chirurgiens. On voit vite qui a du talent pour ce métier.» Mais il tient à préciser: «Elle n’a aucun traitement de faveur ici. Elle fait des semaines de 50 heures comme les autres étudiants, des gardes de nuit et le week-end et participe aussi aux opérations en urgence.»

L’ex-Miss Suisse a le regard partout. Calmement, elle aspire le sang, écarte le péricarde pour dégager la vue sur la base de l’aorte restante où Thierry Carrel fixe la prothèse. Elle coupe des fils. «Rétablissez la circulation», ordonne alors le chirurgien au technicien en charge de la machine coeur-poumon. Après avoir vérifié l’étanchéité de la suture et l’absence d’air dans la nouvelle aorte du patient, le cœur est aussi remis en marche. «Voir un cœur battre, c’est magnifique. J’aime être au bloc», nous glisse Miss Suisse 2014. L’opération est un succès.

La mission du professeur Carrel s’achève. Il a un autre cas plus critique à opérer. Laetitia Guarino prend donc brièvement la place de médecin assistant, avant qu’un autre chirurgien ne rejoigne l’équipe pour refermer le thorax. L’étudiante suture une partie de la plaie. À la fin de son mois de stage, elle devra maîtriser ce geste.

Après un repas rapide sur la terrasse de l’hôpital, avec Laetitia Guarino et le docteur Alexander Kadner, chirurgien cardiaque pédiatrique de l’hôpital, qu’elle connaît bien pour avoir travaillé avec lui au Maroc pour Corelina, il faut déjà repartir.

La jeune femme et une autre étudiante, Eliane Minger, le suivent au chevet de deux fillettes arrivées du Maroc grâce au programme de Terre des hommes pour être opérées à Berne. Les deux étudiantes assisteront Alexander Kadner sur ces cas. Les enfants souffrent d’une tétralogie de Fallot, une grave malformation congénitale à laquelle Laetitia Guarino a consacré sa thèse de mémoire, après avoir été confrontée à de nombreux cas durant ses engagements avec Corelina.

Retenue pour un congrès mondial

«Pour mon mémoire, j’ai étudié les conséquences d’une prise en charge très tardive des enfants souffrant d’une tétralogie de Fallot, une cardiopathie qu’on opère facilement à 6 mois en Suisse. Les enfants rencontrés au Maroc vivent plusieurs années ainsi avant que la pathologie soit diagnostiquée ou prise en charge. Avec pour conséquence, une croissance freinée, un épuisement général, les lèvres bleues.»

Elle ajoute, la voix émue: «Souvent, quand on les voit, c’est déjà trop tard. C’est terrible…» Trop humble pour nous expliquer l’importance de ses recherches, qu’elle compte poursuivre dans sa thèse de doctorat, c’est le professeur Alexander Kadner qui finira par nous informer de ses succès: «Le mémoire de Laetitia a été retenu pour la 7e convention mondiale de chirurgie cardiaque et pédiatrique en juillet à Barcelone. La sélection est très compétitive. Elle pourra présenter son travail devant des cardiologues du monde entier», se réjouit-il. Tandis que Laetitia, déjà, sympathise avec la petite Hiba, 18 mois, sa prochaine patiente sur la table d’opération. (Le Matin)

Créé: 15.06.2017, 10h37


Sondage

Voiture automatique ou manuelle, Berne propose un seul permis. Est-ce dangereux?




S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne