Dimanche 23 février 2020 | Dernière mise à jour 01:39

Interview Lisandro Cuxi: «J'ai eu le coeur brisé à 12 ans»

Le chanteur de 18 ans surfe sur la vague du succès, depuis sa victoire à «The Voice», sur TF1, en 2017. Pour nous, il se livre sur son passé.

'Je me battais souvent à l’école quand j’étais gosse. J’étais vraiment dans l’excès', avoue Lisandro Cuxi.

'Je me battais souvent à l’école quand j’étais gosse. J’étais vraiment dans l’excès', avoue Lisandro Cuxi. Image: Le Matin/Jean-Guy Python

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il continue son parcours. Gagner un concours national ne lui suffit pas, il veut l’international, comme son idole, Michael Jackson. Alors que «The Voice 7» débute aujourd’hui, Lisandro Cuxi, lui, est en finale pour représenter la France à l’Eurovision. On saura ce soir si son titre «Eva» est retenu pour aller à Lisbonne, le 8 mai prochain. Avant cet épisode, il a accepté de se confier sur quelques moments marquants de sa vie.

Lisandro Cuxi, qui êtes-vous?

Je suis un garçon qui n’est pas le même sur scène que dans la vraie vie. Lors d’un show, je me sens libre, je fais le mec qui est sûr de lui. Alors que normalement je suis quelqu’un de plus réservé. Je suis juste différent et je ne pense pas me la péter. Je suis normal, non? (Rires.)

Votre tout premier souvenir?

Quand on m’a arraché une dent au Portugal. Ma tante avait accroché un fil qui était relié à la poignée ronde. Et je la revois claquer la porte et ma dent qui part avec. J’avais pleuré comme un enfant de 5 ans.

Étiez-vous un enfant sage?

Non, pas vraiment. Je me battais souvent à l’école quand j’étais gosse. J’embrouillais personne, je n’aimais pas ça. Mais les gens venaient vers moi. Aujourd’hui, je suis vraiment calme, mais avant, j’étais vraiment dans l’excès. Et lorsque je suis arrivé en France à l’âge de 9 ans, j’ai changé radicalement. En cours, j’étais tranquille, je n’aimais pas me battre. Tout était différent.

Enfant, de quoi aviez-vous peur?

Des confrontations. Je traînais souvent avec des mecs qui n’avaient peur de rien. J’étais le peureux du groupe. Un jour, par exemple, ils s’étaient amusés à lancer des cailloux chez quelqu’un. Je leur ai directement dit: «Vous êtes fous, ne faites pas ça!»

Dans l'enfance, quel fut votre plus grand choc?

Quand un chien a couru vers moi. C’était un gros chien noir. Je lui disais: «Non, non, stop!» Et finalement, c’était juste pour me lécher. Mais il était parti de tellement loin que j’ai eu le temps de m’imaginer plein de scénarios.

Votre mère vous disait-elle «Je t'aime»?

Oui, souvent. Et je le lui dis aussi… Elle en a peut-être même marre que je le dise autant. (Rires.)

Comment avez-vous gagné votre premier argent?

C’était après «The Voice Kids» (ndlr: il était arrivé en finale en 2015). J’ai chanté dans une discothèque gay, à Nice. Et pour cinq titres, j’ai gagné environ 600 euros.

L'amour pour la première fois. C'était quand et avec qui?

J’ai eu le cœur brisé à 12 ans. C’était une fille avec qui j’étais déjà sorti et je l’avais quittée. Je l’ai revue plus tard. Elle s’était métamorphosée… Elle était magnifique. Mais elle ne voulait plus de moi. Ni une ni deux, je lui ai écrit une chanson que j’ai publiée sur Facebook. Elle m’a répondu avec un merci. À l’époque, j’étais déjà ravi comme ça. Car un message de sa part, c’était assez. Mais je ne me suis pas avoué vaincu et je lui ai écrit une lettre. J’ai fait une heure de bus pour aller chez elle, et elle m’a juste fait un bisou sur la joue. Après une semaine, je me suis mis à pleurer car je ne comprenais pas pourquoi elle ne voulait plus de moi. Vous savez quelle était son excuse? J’étais petit de taille…

C'est quoi, le vrai bonheur?

Que ma famille soit en bonne santé.

Quelle est la plus belle de vos qualités?

Mes cheveux! J’en prends soin, je vais chaque samedi chez le coiffeur.

Votre plus grand regret?

Je regrette de ne pas avoir assez travaillé à l’école. J’aurais pu avoir une filière qui m’intéressait plus. J’avais d’abord choisi le théâtre. Comme j’ai un petit problème de bégaiement, on m’avait souvent dit que la scène était une solution. Mais à cause de mes notes, je n’ai pas pu y aller. Aujourd’hui, quand je me revois en classe en train de ne rien faire, je me dis que j’aurais dû me donner plus. Bossez maintenant, car après, ça peut être trop tard.

Avez-vous déjà volé?

Pas vraiment, sauf des bonbons. Quand j’étais au Portugal, j’avais des potes qui m’incitaient à ça. Mais depuis que je suis en France, non.

Avez-vous déjà tué?

Je pense qu’on a tous certainement tué une fourmi sans s’en rendre compte. Des araignées, oui.

Si vous aviez le permis de tuer quelqu'un, qui serait-ce?

Non, même si j’ai un ennemi, je le laisse vivre et je fais mon chemin.

Avez-vous déjà menti à la personne qui partage votre vie?

Avec mes ex, cela m’est déjà arrivé de dire que j’étais à un endroit alors que je n’y étais pas… Juste pour la protéger. Mais je n’ai jamais été infidèle.

Avec qui aimeriez-vous passer une agréable soirée?

Michael Jackson! Pour qu’il m’apprenne tous ses pas de danse.

Qui trouvez-vous sexy?

Rihanna.

Pour qui était votre dernier baiser?

Ma mère, je pense.

Pourquoi avez-vous pleuré la dernière fois?

Je pleure trop. Une des dernières fois où j’ai eu les larmes aux yeux, c’était lors de la finale, l’année passée, de «The Voice Kids». J’avais bossé comme un malade ma performance et, malheureusement, il y a eu un souci lors du direct. J’étais tellement frustré et au lieu de crier, j’ai eu les larmes aux yeux.

De quoi souffrez-vous?

C’est plus une gêne: le bégaiement. Je n’en souffre pas car cela a toujours fait partie de moi, mais j’aimerais bien le soigner.

Vous savez à quoi cela est dû?

La fatigue, le stress aussi… Cela dépend également de l’environnement. Si j’ai quelqu’un d’impressionnant en face de moi, on le remarquera beaucoup plus rapidement que si je suis à l’aise.

Avez-vous déjà frôlé la mort?

Nous allions à Marseille en voiture avec ma famille lorsqu’un camion nous est rentré dedans. Malheureusement, je n’avais pas bouclé ma ceinture. Je me suis réveillé, je voyais tout blanc. C’était dû à la fumée autour de moi… Et je suis sorti à quatre pattes au beau milieu de l’autoroute. Je me souviens de ma mère qui avait une grosse trace noire sur la poitrine, mon grand frère s’était cassé un bras et mon dos me faisait très mal. Ma tante s’en est plutôt bien sortie, tout comme mon petit frère. Il courait dans l’hôpital alors qu’on attendait d’être soignés. (Rires.)

Quel est votre péché mignon?

Les hamburgers. À point! Avec du fromage et du bacon.

Trois objets que vous emmenez sur une île déserte?

Un bidon d’eau, mon téléphone et un chargeur solaire.

Qui sont vos vrais amis?

Samir et Jenny. Ils n’ont pas changé malgré tout ce qui s’est passé dans ma vie dernièrement.

Que souhaitez-vous à vos pires ennemis?

Rien du tout.

Qui aimeriez-vous voir répondre à ce questionnaire?

Louane.

Créé: 27.01.2018, 11h09

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.