Jeudi 27 février 2020 | Dernière mise à jour 05:55

Surprise «Mamma Mia!», ils s'aiment vraiment

Les deux acteurs de la comédie musicale sont mariés. Ils passeront la Saint-Valentin à Lausanne.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Depuis jeudi, au Théâtre de Beaulieu de Lausanne, les Anglais Sara Poyzer et Richard Standing incarnent d’anciens amants dans la comédie musicale événement «Mamma Mia!» basée sur les tubes d’ABBA. Et, lorsqu’ils s’embrassent devant les 1800 spectateurs, difficile de douter: ces deux-là s’aiment vraiment. Normal, ils sont mari et femme à la ville. «Je suis heureuse d’entendre qu’on sent l’alchimie entre nous! s’exclame Sara Poyzer, 45 ans. Car, après douze ans ensemble, je suis encore complètement dingue de lui. Quand il m’embrasse sur scène, j’ai l’impression que nous sommes seuls au monde.»

Ces trois dernières années, le couple a vécu au rythme des représentations de «Mamma Mia!» aux quatre coins de la planète. «Cette période de voyages a été comme une lune de miel, entourés de nos amis de la troupe. Nous avons vu le monde main dans la main.» Mais cette parenthèse enchantée prendra fin le 21 février, à Lausanne justement. Si les époux continueront de jouer ce spectacle ensemble, ce sera chez eux, à Londres, et avec de nouveaux acteurs. «La dernière à Lausanne sera donc très émouvante. Je suis par exemple très proche de l’actrice qui joue ma fille. Elle est comme ma propre fille», dit Sara, qui n’a pas d’enfants.

Réunis par Shakespeare

Demain, pour la Saint-Valentin, les amoureux seront sur scène pour deux représentations. Mais ils se rattraperont lundi, confie Richard, 49 ans: «Nous aurons plus de temps. On nous a parlé d’un restaurant au centre où nous souhaiterions aller. Pour cette fête, nous aimons faire simple. On s’écrit de belles cartes, on fait un bon repas, une balade à la campagne. Nous aimons vraiment la campagne suisse.» Sara Poyzer lui rappelle en riant: «J’adore aussi les fleurs!»

Les deux acteurs se sont rencontrés sur les planches, dans «Le marchand de Venise», de Shakespeare. A l’époque, il est marié, père de deux garçons. Elle est en couple. «Je m’étais toujours juré de ne pas sortir avec un acteur. C’est compliqué, on est toujours sur la route», dit Sara. Mais le cœur l’emporte six mois plus tard. Et ils trouvent la parade: ils ont joué six pièces ensemble. «On ne s’impose pas comme couple aux castings: si on est engagé ensemble, tant mieux. Sinon, tant pis. Ça marche aussi car il n’y a aucune compétition. On a confiance dans l’opinion de l’autre. On peut se faire des critiques constructives.» Elle acquiesce: «Dans ce métier, tout le monde te dit: «Oh, chérie, tu as été géniale.» C’est bien d’avoir quelqu’un qui peut vous critiquer. Ça permet de garder les pieds sur terre.»

Créé: 13.02.2016, 09h09

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.