Vendredi 20 octobre 2017 | Dernière mise à jour 12:10

Justice La mère de Taylor Swift en pleurs lors du procès

Andrea Swift a témoigné pendant le procès qui oppose sa fille à l’animateur qu’elle accuse de lui avoir mis une main aux fesses.

Andrea Swift (à d.) n’a pas pu retenir son émotion au moment de raconter sa version des faits.

Andrea Swift (à d.) n’a pas pu retenir son émotion au moment de raconter sa version des faits. Image: NCP/Star Max/GettyImages

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La mère de Taylor Swift a eu bien du mal à se contenir lorsqu’elle a témoigné à la barre contre David Mueller, l’animateur radio que sa fille accuse de lui avoir mis une main aux fesses.

Lors de l’audience mercredi dernier au tribunal de Denver (US), elle a raconté comment sa fille était venue vers elle, très perturbée, et lui a relaté l’incident que l’animateur, de son côté, réfute.

Andrea Swift a en effet témoigné alors que des larmes perlaient sur ses joues. «Je sais que c’est arrivé, je l’ai appris par elle, je l’ai entendu de la bouche de ma fille. Il l’a agressée sexuellement, ce type, ici présent», a-t-elle déclaré en pointant du doigt l’animateur radio. Ce dernier a depuis perdu son emploi suite aux allégations de la chanteuse.

La mère a poursuivi son témoignage avec la même émotion. «Elle (Taylor) ne pouvait pas croire l'avoir remercié d'être venu après qu’il lui ait mis la main aux fesses. Ça la détruisait d’avoir dit ça… En tant que parent, ça m’a fait me remettre en question sur ce que je lui ai appris pour qu’elle soit si polie en cet instant», a-t-elle ajouté.

Andrea Swift a également expliqué qu’ils n’avaient pas voulu tout de suite porter plainte, par peur que cette histoire «définisse» la vie de Taylor Swift. «J’étais tellement bouleversée, au point que je voulais vomir et pleurer en même temps. Nous avons pensé en revanche qu’il était impératif que ses employeurs soient mis au courant», a-t-elle confié.

David Mueller a lui aussi été appelé à la barre. Il a assuré que, ce jour-là, pendant la photo – moment où les faits se seraient produits – il avait justement fermé sciemment son poing qui se trouvait derrière Taylor Swift «pour ne pas la toucher».

L’animateur radio poursuit de son côté la chanteuse pour avoir causé la perte de son emploi et sali son nom. Il lui réclame 3 millions de dollars. Taylor Swift réclame quant à elle 1 dollar symbolique de dommages et intérêts à l’animateur pour l’avoir agressée sexuellement, mais tient à ce que la bataille juridique (et médiatique) ait lieu pour que les victimes de ce genre d’attouchements ne se taisent plus. (Le Matin)

Créé: 10.08.2017, 10h07


Sondage

Lisez-vous des bandes dessinées?





Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.