Mercredi 13 décembre 2017 | Dernière mise à jour 13:52

Interview Michelle Pfeiffer: «Je ne vois plus mes imperfections»

Après une longue absence pour élever ses enfants, l’actrice de 59 ans enchaîne à nouveau les tournages.

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes actrices pour bien vieillir à Hollywood? «Ne regardez plus vos films!»

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes actrices pour bien vieillir à Hollywood? «Ne regardez plus vos films!» Image: Getty Images

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

À bientôt 60 ans, la star des années 80 et 90 fait son retour au sommet. Après «Mother!» sorti en septembre et disponible en DVD/Blu-ray dès demain, Michelle Pfeiffer sera à l’affiche du remake du «Crime dans l’Orient Express» la semaine prochaine. «Ne dites pas come-back, j’ai l’impression d’être une retraitée qui reprend du service», s’amuse l’actrice.

Vous aviez pourtant presque disparu et on vous retrouve avec 3 films en moins d’un an. Que s’est-il passé?

Pendant des années, j’ai refusé de quitter la maison pour ma famille. Je ne voulais pas voyager, je voulais rentrer chez moi tous les soirs, je disais ne pas être disponible durant l’année scolaire… Bref, j’avais imposé tellement de limites à mon agent que cela devenait difficile de me trouver des films. Maintenant, c’est différent car les enfants sont adultes (Claudia, 24 ans, et John, 23 ans, ndlr). Ils m’ont dit un truc récemment qui m’a fait assez mal: «Maman quand est-ce que tu retournes travailler?» J’ai compris qu’il était temps! C’est assez déprimant d’être dans une grande maison sans enfants de toute façon, alors autant bosser.

Votre mari, l’auteur et producteur David E. Kelley, a pu travailler à la maison.

Oui, lui, il peut écrire de n’importe où. Jouer la comédie s’il n’y a pas de caméras, c’est plus compliqué (rires.) Par contre, j’adore le travail manuel. Mon père construisait des maisons et j’ai grandi avec un marteau et des clous en guise de jouets. Un jour que je m’ennuyais, j’ai eu l’idée de refaire la cheminée et je suis allée demander conseil dans un magasin de bricolage. Vous auriez dû voir la tête des vendeurs quand je leur ai dit que j’allais faire ça toute seule! Je me suis aussi découvert une passion pour la peinture, mais c’est plus un plaisir privé. Le cinéma est ma vraie passion professionnelle.

«Mother!» a marqué votre retour sur grand écran alors que vous aviez toujours dit détester les films d’horreur. Pourquoi ce choix?

D’abord parce que j’avais très envie de travailler et que le réalisateur Darren Aronofsky est un grand artiste. J’étais hésitante, c’est vrai, car l’intrigue était noire, sanglante et angoissante, mais Darren a trouvé les mots pour me convaincre. «Mother!» veut capturer les inquiétudes de notre époque sur l’environnement, mais aussi bien d’autres sujets. Et il a tellement de références bibliques que chacun peut l’interpréter à sa façon. Moi, j’ai surtout adhéré au challenge de la production car nous avons passé nos journées enfermés sur ce plateau où était construite la maison du film.

Vos débuts peuvent faire penser à ceux de Jennifer Lawrence, votre partenaire de «Mother!» car, comme elle, vous avez connu un succès mondial très jeune…

J’avoue qu’elle m’a un peu déstabilisée à notre première rencontre car elle parle sans filtre et avec une grande honnêteté. Elle est l’opposé de moi qui ai toujours cherché à me protéger. Pour son jeune âge, elle a une force extraordinaire que j’admire.

Le remake du «Crime de l’Orient-Express» d’Agatha Christie sort ce 10 décembre. Êtes-vous fan de ce genre?

Pas du tout (Elle éclate de rire.) Mais je ne devrais peut-être pas vous le dire comme ça. C’est avant tout l’envie de jouer la comédie avec une aussi belle équipe de comédiens qui m’a séduit. Avoir Judi Dench en face de soi pousse à donner le meilleur.

Avez-vous regardé le film original de 1974 avant de tourner?

Surtout pas. Kenneth Branagh qui réalise notre film me l’a déconseillé. Et j’aurais sûrement douté de mon travail en regardant Lauren Bacall dans ce rôle de Madame Hubbard.

Vous serez aussi à l’affiche du Marvel «Ant-Man and the Wasp» l’été prochain…

Et j’en suis drôlement fière! La première chose à laquelle j’ai pensé quand on m’a proposé ce film, c’est aux actrices de ma génération. Quelle évolution pour les femmes de pouvoir incarner des personnages forts ou des super-héros à nos âges.

Justement vous aurez 60 ans en avril prochain. N’est-ce pas difficile de revenir à Hollywood?

Non parce que j’ai passé le stade de craindre les années depuis longtemps. J’ai accepté mes rides et les changements physiques, en devenant mère puis à l’approche des 50 ans. Ma dermato m’a conseillé de jeter mon miroir grossissant. Ma vue a baissé donc je ne vois plus les imperfections de mon visage sans un miroir loupe (Rires.)

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes actrices pour bien vieillir à Hollywood?

Ne regardez plus vos films! Avant, je voyais chaque séquence plusieurs fois pour m’assurer que je jouais bien. Aujourd’hui, je regarde le film fini une fois et basta. C’est mieux car je suis trop critique envers moi-même.

Vous avez refusé de gros succès comme «Le silence des agneaux» où Jodie Foster vous a remplacée. Vrai ou faux?

Vrai, mais n’est-ce pas le lot de tout comédien qui a la chance de faire carrière? On m’avait proposé «Thelma et Louise». J’aurais adoré le faire, mais j’étais déjà signée pour d’autres films. Et comme toutes les femmes, j’ai aussi souvent dû choisir entre ma famille et des tournages. Mes enfants sont toujours passés avant. (Le Matin)

Créé: 05.12.2017, 06h48


Sondage

Pour vous, un nouveau "Star Wars" se regarde...




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.