Dimanche 20 mai 2018 | Dernière mise à jour 23:19

Entraide Miss Suisse 2013 dénonce la violence faite aux Indiennes

L'ex-miss Dominique Rinderknecht et sa compagne Tamy Glauser ont décidé de soutenir la dernière campagne de Swissaid, qui lutte contre les violences faites aux femmes en Inde.

«Tu cherches un rancart, je cherche un brancart!», la dernière campagne de Swissaid qui attire l'attention sur la violence domestique en Inde.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'ex-miss suisse Dominique Rinderknecht et la top Tamy Glauser ont décidé de soutenir la dernière campagne de Swissaid - «Tu cherches un rancart, je cherche un brancart!» - qui lutte depuis plusieurs années contre les violences faites aux femmes dans l’Etat du Maharashtra, au centre de l’Inde.

«Les témoignages des Indiennes touchées par des violences d’une telle ampleur me choquent profondément», a confié Miss Suisse 2013. De son côté, la mannequin a ajouté: «Aucune femme ne devrait craindre pour sa vie dans son propre foyer - ni ici ni ailleurs. Nous, les femmes, devons nous soutenir les unes les autres.»

En effet, les chiffres dénoncés par la fondation suisse pour la coopération au développement sont alarmants: «Une femme sur trois est battue dans son propre foyer. De nombreuses femmes se pendent ou se jettent dans un puits, parce qu'elles ne voient pas d’autre issue. Le suicide est la principale cause de décès chez les femmes entre 15 et 49 ans.» Pire encore: les victimes peinent à trouver de l'aide auprès des autorités ou même au sein de leur propre famille.

Alors pour sensibiliser la population et appeler à la solidarité, le couple a décidé de poser avec des visages faussement brutalisés. Face caméra, la top suisse a notamment déclaré: «Lorsque je sors avec mon œil au beurre noir, tous le monde me regarde, choqué. En Inde, c'est courant. (...) Avec seulement 30 francs, tu permets à une femme de se réfugier pendant un mois dans un foyer pour femme. (...).»

«Non, heureusement, je ne suis pas victime de violences domestiques. Si je l'étais, je pourrais demander de l'aide à ma famille ou à la police. (...) Mais en Inde personne n'intervient, même pas la police», a critiqué de son côté Dominique Rinderknecht.

(Le Matin)

Créé: 14.02.2018, 11h31


Sondage

Hockey sur glace: êtes-vous étonnés par le parcours de la Suisse au Championnat du monde?



Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.