Mardi 20 août 2019 | Dernière mise à jour 16:15

Famille Miss Suisse 2013 se verrait bien devenir maman

Dominique Rinderknecht, qui vit avec la top Tamy Glauser, n’exclut pas l’idée de pouponner. Sa chérie est d’accord.

Outre-Sarine, les deux femmes sont notamment connues pour leur combat militant en faveur des droits homosexuels.

Outre-Sarine, les deux femmes sont notamment connues pour leur combat militant en faveur des droits homosexuels. Image: Michele Limina

Galerie photo

Dominique Rinderknecht en couple avec Tamy Glauser

Dominique Rinderknecht en couple avec Tamy Glauser L'ex-Miss Suisse et la top model se confient pour la première fois sur leur couple.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Je peux bien m’imaginer avoir un jour des enfants. Mais pour le moment, je ne sais pas encore comment, où et quand.» Pour Dominique Rinderknecht, 28 ans, Miss Suisse 2013 qui vit ouvertement le grand amour avec la top Tamy Glauser, 33 ans, pouponner n’est pas un sujet tabou. Sa compagne, dont le look androgyne a séduit des couturiers comme Jean Paul Gaultier ou Vivienne Westwood, partage le même désir. «Je veux absolument avoir des enfants», a aussi confié de son côté le mannequin à «Blick». Mais pour elle, comme pour sa compagne, l’heure n’est pas encore venue. «Pour l’instant, ma carrière est prioritaire.»

«Tamynique» se mobilise

Le couple, surnommé «Tamynique» en Suisse alémanique, la contraction de leurs deux prénoms, s’est particulièrement mobilisé pour le mariage homosexuel pendant le mois des gay prides. Le slogan de celle de Zurich? «Même amour, même droit». Et Tamy d’ajouter: «Je ne peux pas comprendre que nous n’avons pas les mêmes droits qu’une femme hétérosexuelle. Je ne peux pas croire qu’en tant que Suissesse, j’ai moins de valeur, simplement à cause de ma sexualité.» Et Dominique d’enchaîner: «Beaucoup d’États autour de nous ont déjà franchi le pas. C’est pénible de constater que la Suisse en comparaison avec les pays européens se situe à la 22e place.»

Mais lutter pour le mariage pour tous ne signifie pas obligatoirement pour «Tamynique» de franchir le pas. «C’est une question de principe, poursuit la Miss, de savoir que si je veux épouser mon amie, je peux le faire.»

Reste que «Tamynique» espère être invité au premier mariage homosexuel de Suisse, même si ce n’est pas forcément les deux tourterelles, les premières à unir légalement leurs vies.

Quant à leur avenir commun, elles le rêvent sur un grand bateau avec beaucoup d’enfants et des animaux. Une sorte d’arche de Noé, revisitée.

Créé: 18.06.2018, 08h18

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.