Samedi 16 février 2019 | Dernière mise à jour 23:24

Interview Rachel Weisz: «Un bébé à mon âge? Un cadeau du ciel»

A quelques semaines de ses 49 ans, Rachel Weisz est à l'affiche de «La favorite», l'un des films qui pourrait s'imposer lors des prochains Oscars avec 10 nominations.

Rachel Weisz et son mari, Daniel Craig, alias James Bond.

Rachel Weisz et son mari, Daniel Craig, alias James Bond.

Rachel Weisz lors de la rencontre exclusive pour «Le Matin» avec notre journaliste, Henry Arnaud. (Image: HFPA)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«La favorite» est bien parti pour faire une razzia aux Oscars. Avec 10 nominations, le film sorti le 6 février égale «Roma». Rachel Weisz, qui joue une courtisane d'Anne d'Angleterre, est elle-même nommée pour une récompense dans la catégorie du Meilleur rôle secondaire féminin pour la cérémonie du 24 février prochain.

«Le Matin» l'a rencontrée à Hollywood avant cette grande soirée. Mariée à l'acteur qui incarne James Bond depuis 2011, Daniel Craig, le couple a accueilli une fille le 1er septembre dernier.

Commençons par parler de votre bébé. Est-ce différent d'être maman à votre âge qu'à 20 ans?

Absolument. Pour commencer, je sais qu'il n'y aura plus d'autre bébé après celui là. (Rires.) Un bébé, à mon âge, je sais que c'est un cadeau du ciel. Quand j'ai eu mon fils, Henry (ndlr. 12 ans et dont le père est le réalisateur Darren Aronofsky), je me disais que j'aurais peut être deux ou trois autres bébés mais je n'avais aucun plan établi. C'est donc capital d'avoir un plan en prenant de l'âge car j'ai réalisé comme c'est un cadeau précieux de pouvoir donner la vie et d'agrandir notre famille à cette étape de mon existence. Mais l'expérience d'être enceinte et d'accoucher en n'étant plus une fille de 20 ans, c'était aussi quelque chose de puissant et formidable.

Quel style de mère êtes-vous, plutôt stricte ou cool?

Je pense être une maman anglaise très cool. Je suis une maman heureuse d'avoir un bébé. Encore une fois, je sais que j'ai eu la chance de pouvoir tomber enceinte à la quarantaine.

Quel genre de papa est votre mari, qui est tout de même l'agent 007 pour des millions de fans?

Daniel comme moi ne pensons ni au cinéma ni à nos personnages dans notre intimité. À la maison, nous sommes juste deux parents ravis d'avoir un bébé avec nous.

La bande-annonce de «La favorite»

«La favorite» est basé sur une histoire vraie. Connaissiez-vous l'histoire de la reine Anne et de Lady Marlborough?

Non, car ce n'est pas quelque-chose que l'on vous apprend en cours d'histoire au Royaume-Uni donc ce film est d'autant plus fascinant. Par contre, il existe de nombreux livres sur la reine Anne et sa relation avec Lady. Il y a aussi de nombreuses lettres d'amour qu'elles s'envoyaient qui ont été préservées. Elles s'écrivaient depuis qu'elles étaient enfants. Est-ce que cet amour était aussi physique? Personne ne peut le dire avec certitude. Mais il existait une véritable passion entre elles.

L'une des forces du film est de voir votre personnage et celui d'Emma Stone qui sont toutes deux rivales mais aussi intelligentes, impulsives et manipulatrices. Quelle est votre analyse?

Elles sont définitivement rivales puisqu'au début du film mon personnage tient le pouvoir et elle voit arriver cette ingénue à la cours de la reine. Elle la trouve attirante, séduisante mais ne voit pas son ambition. Elle la sous-estime et tombe sous le charme de sa flatterie. Elle réalise trop tard que cette nouvelle venue est en fait une manipulatrice qui veut lui enlever son pouvoir. C'est une grave faiblesse de la part de Lady, que j'incarne. Moi Rachel, je comprends que mon personnage se batte pour sauver sa place car elle est en charge de gérer un pays et elle aime profondément l'Angleterre. Elle est une véritable politicienne comme j'aimerais qu'il en existe davantage de nos jours, dans le sens qu'elle pense avant tout à son peuple.

Vous avez travaillé avec le réalisateur Yorgos Lanthimos auparavant. Est-il exact qu'il a une technique plutôt bizarre pour détendre l'atmosphère avant un tournage ?

Disons qu'il nous a demandé faire certains jeux tout en disant nos dialogues à toute vitesse. On devait se tenir la main et prendre des positions bizarres, comme simuler un bretzel humain. Donc je me suis retrouvée avec les fesses d'une actrice devant le visage, par exemple... C'était son idée pour détendre l'atmosphère et éviter que nous soyons embarrassées par la suite lorsque nous avions des scènes de séduction à jouer entre comédiennes. Je crois que Yorgos aime l'absurde et le ridicule pour éviter justement de se prendre trop au sérieux. (Le Matin)

Créé: 10.02.2019, 12h08

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.