Lundi 10 décembre 2018 | Dernière mise à jour 12:45

Zurich Rita Ora: «Rihanna est fière de ma réussite»

La protégée de Jay-Z nous a reçus samedi avant son concert au Letzigrund devant 48?000 personnes en 1re?partie de Coldplay. Interview.

Image: AFP

Galerie Photos

Rita Ora

Rita Ora La chanteuse protégée de Jay Z, égérie de la marque DKNY, est en couple avec le DJ Calvin Harris.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Cheveux platine, bijoux bling-bling et maquillage de scène: quand on entre dans la loge de Rita Ora, 21?ans, nouvelle protégée de Jay-Z, on se retrouve face à une vraie star. En tout cas d’apparence. Car la jeune Anglaise d’origine kosovare n’en a pas l’attitude. C’est en toute simplicité, mais avec assurance, que la copine de Rob Kardashian, un peu enrhumée, vous prend dans ses bras, vous invite à s’asseoir tout près d’elle et rigole avec sa sœur comme si on était entre copines. Bref, l’interprète de «R.I.P.» est désarmante.

Comment gérez-vous votre gigantesque et récent succès?

Je tâche de me rappeler qui sont mes vrais amis et ma famille. Et je les garde très près de moi (ndlr: elle sourit à sa sœur, qui assiste à l’interview). J’essaie de ne pas me laisser distraire par ça parce que mon but, c’est de faire le maximum de musique. Alors je me coupe du monde extérieur. J’ai aussi arrêté de lire ce qu’on écrivait sur moi. Et surtout je ne parle pas de ma vie privée.

La critique vous fait peur?

Toutes les filles ont un problème d’insécurité. Elles veulent savoir si leur derrière est bien dans cette robe, si leurs cheveux sont beaux, etc. Je ne fais pas exception. Je doute aussi. Donc je ne lis rien sur moi.

On vous compare sans arrêt à Rihanna. Ça vous énerve?

Non. C’est plutôt un compliment. Je serais énervée si on me comparait à quelqu’un de merdique (rires). On est toutes les deux sur le label de Jay-Z, Roc Nation, qui fonctionne comme une famille. Rihanna est cool et très drôle. On a fait la fête ensemble la semaine dernière. Elle est très fière de ma réussite et m’encourage. Je crois en être arrivée là parce que je suis restée fidèle à moi-même. Si je continue ainsi, on cessera de me comparer à d’autres. Tous les artistes ont été comparés à quelqu’un au début.

Qui sont vos modèles?

J’aime les femmes fortes. Ma mère, ma sœur. Gwen Stefani, Beyoncé. Elle sait tout faire et ne s’arrête jamais, même avec un bébé.

Travailler avec Jay-Z, le mari de Beyoncé, c’est comment?

Génial. Il est très à l’écoute. Il tente de comprendre ce que tu ressens. Il ne me dit pas ce que je dois chanter. Il me laisse beaucoup de liberté. Il y a eu des moments durant ces deux ou trois ans de travail où je n’en pouvais plus. L’inspiration ne venait pas. Puis t’écris deux chansons en un jour! L’album sort cet été, je me réjouis.

C’est votre première visite en Suisse. Vous aimez?

C’est magnifique. Je me suis promenée au bord du lac. Puis j’ai vu un tram où était écrit «Zoo». Alors on y est allées. J’adore les zoos et les animaux.Ma sœur dit qu’elle s’installera à Zurich pour élever ses enfants parce que c’est si calme. Moi, je ne sais pas. Je ne pense pas si loin. Je ne sais pas comment elle peut prendre une telle décision après un jour ici! (Rires.)

Vous êtes née à Pristina mais avez grandi à Londres. Que signifie le Kosovo pour vous?

Je suis Anglaise et Kosovare à la fois. Le Kosovo a toujours été présent chez nous. Par la langue, la nourriture. Plus tard, je veux intégrer de la musique traditionnelle dans mes albums. Mais, d’abord, il faut que je séjourne chez moi plusieurs mois pour bien travailler ces chants. Il ne faut rien bâcler. Ils sont très fiers de moi là-bas. Je veux leur faire honneur.

Des projets sur place?

Oui. Dès que je serai assez connue, je veux soutenir l’enfance au Kosovo et aider à reconstruire mon pays.

Quel a été le plus beau moment de votre vie?

Quand les singles «Hot Right Now» et «R.I.P.» se sont classés numéro 1. C’est le rêve de tout artiste, surtout débutant. Je veux revivre ça. Alors je vais me bouger les fesses jusqu’au jour où je ne pourrai plus en avant (rires)!

(Le Matin)

Créé: 28.05.2012, 10h04

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters