Samedi 21 septembre 2019 | Dernière mise à jour 10:36

Télévision Ruquier: «Nous vivons sous la dictature de Twitter»

Réagissant aux attaques et aux «bad buzz», l'animateur d'«On n'est pas couché» estime que le réseau social a rendu folle une profession (des journalistes) à la dérive.

Laurent Ruquier (au centre) au coeur du bruit généré par les réseaux sociaux (allégorie),

Laurent Ruquier (au centre) au coeur du bruit généré par les réseaux sociaux (allégorie), Image: Starface

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans un interview-bilan de la 13e saison d'«On n'est pas couché» accordé au Journal du dimanche, Laurent Ruquier a fustigé l'utilisation de Twitter par certains journalistes et la manière dont le réseau social a permis l'éclosion de polémiques autour de l'émission, relève notamment bfmtv.com

«Nous vivons sous la dictature de Twitter (...), a estimé Laurent Ruquier. (...) Or ce qui est grave, c'est que les journalistes eux-mêmes s’y mettent! On a vu des ex-chroniqueurs d'ONPC, tels qu’Audrey Pulvar et Aymeric Caron, stigmatiser Christine Angot pour sa maladresse, quand personne ne peut pourtant la soupçonner de négationnisme ou de racisme. (...) Que des gens de ce métier aujourd'hui sur le carreau utilisent les réseaux sociaux dans le seul but d’exister est honteux!»

«On ne peut plus rien dire»

«Nous avons tout simplement changé d’époque. On l’a bien vu avec la polémique née des propos de Christine Angot sur l’esclavage. Ou chez nos confrères de RMC avec les mises à pied de Daniel Riolo et Jérôme Rothen, tous deux sanctionnés pour avoir évoqué, certes avec lourdeur, les frasques du Brésilien Neymar: on ne peut plus rien dire sur quoi que ce soit.»

«Twitter a rendu folle une profession à la dérive, qui se tire une balle dans le pied. Viendra le jour où les journalistes, s’ils ne se ressaisissent pas, ne pourront plus rien dire à force de taper sur des confrères qui sortent du lot», a-t-il ajouté.

Créé: 16.06.2019, 16h41

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.