Jeudi 27 février 2020 | Dernière mise à jour 19:56

Caustique S'il gagne, Brad la bonne blague doit faire fort aux Oscars

Récompensé partout pour son rôle dans le film de Tarantino, l’acteur fait à chaque fois sensation avec des discours hilarants. Attention à celui qu’il risque de donner en cas de victoire!

Brad Pitt incarne Cliff Booth, ami et doublure de Rick Dalton (Leonardo DiCaprio) dans «Once Upon a Time… in Hollywood» de Quentin Tarantino.

Brad Pitt incarne Cliff Booth, ami et doublure de Rick Dalton (Leonardo DiCaprio) dans «Once Upon a Time… in Hollywood» de Quentin Tarantino. Image: 20th Century

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A 56 ans, la star découverte il y a près de trente ans dans «Thelma et Louise» n’a jamais paru aussi en forme, aussi décontracté, aussi sûr de lui. En pleine période de remise de prix hollywoodiens, Brad Pitt s’en donne à cœur joie, assurant le show partout où il passe, entre révélations sur sa vie privée et blagues bien senties, de Los Angeles à New York, en passant par Santa Barbara… et même à Londres.

Normal, il n’y en a que pour lui… et pour Cliff Booth, le formidable personnage du film de Quentin Tarantino, «Once Upon a Time… in Hollywood». Sacré meilleur second rôle aux Golden Globes, il a aussi remporté l’équivalent aux BAFTA (les Oscars britanniques), le prix de la Screen Actors Guild (SAG), des AACTA International, de l’Alliance of Women Film Journalists, de l’Atlanta Film Critics Circle… Au total, déjà plus de 30 récompenses trônent sur ses étagères.

Une formalité

Autant dire que les Oscars, point culminant de tous ces galas, qui se dérouleront pour nous dans la nuit de dimanche à lundi prochain, ne sont – à notre baromètre – qu’une formalité pour la star, même confronté à des pointures comme Al Pacino, formidable dans «The Irishman», ou Tom Hanks. On vous conseille donc de guetter son discours de remerciements, qui risque de ne pas être piqué des hannetons si le comédien continue sur sa lancée.

Le 20 janvier dernier, aux SAG Awards, cérémonie où les acteurs de cinéma et de télévision se congratulent entre eux, il avait mis l’assemblée dans sa poche en ironisant d’entrée de jeu sur son célibat: «Je vais pouvoir ajouter ça à mon profil Tinder!», avait-il lancé en brandissant son prix. Ajoutant, quelques minutes plus tard, après une réflexion émouvante sur son métier d’acteur, «Soyons honnête, le rôle était difficile: le gars qui se défonce, enlève son T-shirt et ne s’entend pas avec sa femme… Un sacré écart!».

Jennifer attendrie

Une allusion, cette fois à ses déboires personnels, entre anciennes addictions et divorces en série, qui avait notamment laissé Tom Hanks, Nicole Kidman ainsi que Jamie Foxx pliés de rire… et Jennifer Aniston, son ex-femme, le regard admiratif, visiblement très attendrie. En coulisses, tous deux étaient ensuite tombés dans les bras l’un de l’autre. De tendres retrouvailles, immortalisées par les photographes, qui avaient électrisé le web.

La veille, récompensé cette fois par la Producer Guild Awards pour son travail de producteur avec sa compagnie Plan B, la star avait eu ces mots: «Avec Plan B, on est là depuis maintenant 16 ans et je n’ai aucun regret. Si ce n’est celui de partager aujourd’hui notre nom avec une pilule contraceptive (ndlr: Plan B-One Step est une pilule du lendemain). Ça, je ne l’avais pas vu venir!»

L’alcoolisme désormais derrière lui

Mais il a aussi profité de cette véritable tournée de rock star pour se confier sur sa vie privée. A New York, au National Board of Review, deux semaines plus tôt, en montant sur scène pour chercher le prix remis par son ami Bradley Cooper, il se livrait sur sa lutte contre l’alcoolisme, suite au divorce d’avec Angelina Jolie, en 2016: «Je suis devenu sobre grâce à ce type et depuis, chaque jour a été plus heureux que le précédent».

Quelques semaines plus tard, au Festival de Santa Barbara, où il recevait un prix honorifique, il ironisait cette fois sur son âge: «Ce genre de prix me fait réaliser que je suis vieux… que je fais ça depuis un moment, maintenant. C’est vrai, je ne supporte plus les tournages de nuit et je délègue aujourd’hui volontiers mes cascades à une doublure. Pour dire, je ne me rappelle même plus la première règle du «Fight Club»!».

Aux Golden...

Et puis, aux Golden Globes, il avait adressé un petit coucou teinté d’humour à sa maman: «J’aurais voulu venir avec elle, mais à chaque fois que je suis accompagné d’une femme, on me prête une liaison avec elle. Là, ça aurait été gênant…».

Brad aux Golden Globes 2020. (vidéo: Facebook/Golden Globes)

Alors si l’acteur fait preuve de beaucoup d’esprit et respire la sincérité à travers toutes ces confidences, on ne peut s’empêcher de se demander si celles-ci ne sont finalement pas avant tout une formidable auto promo destinée aux Oscars (Hollywood avait jusqu’au 4 février pour voter). Avouez qu’on donnerait le bon Dieu sans confession – et à fortiori sa voix à la célèbre cérémonie – à un gars aussi drôle que Brad Pitt, ouvert et avec le cœur sur la main – «Si vous avez la possibilité d’être gentil envers quelqu’un, lançait-il encore aux Golden Globes, saisissez-là, ça en vaut la peine!»

Nuée de missiles

Dans une forme décidemment olympique, il n’a pas hésité à lancer aussi quelques piques bien senties à ses potes. D’abord à Quentin Tarantino: «Le seul type que je connaisse qui a besoin de cocaïne pour s’arrêter de parler», glissait-il aux New York Film Critics Circle Awards.

Et rebelotte aux Golden Globes où, après avoir rendu hommage à ses partenaires à l’écran – «Leo (ndlr: DiCaprio), Margot Robbie, les pieds de Margot Robbie, les pieds de Margaret Qualley, les pieds de Dakota Fanning…» –, il ajoutait «Non, mais sérieusement, Quentin a demandé à plus de femmes d’enlever leurs chaussures que les agents de sécurité dans les aéroports», en référence au fétichisme affiché de son réalisateur, dingue des petits petons de ses actrices.

Une autre pour la route? «Je suis content de repartir de cette cérémonie en portant autre chose que George Clooney», avait-il encore asséné au National Board of Review. Et puis David Fincher, qui l’a dirigé dans «Fight Club», «Seven» ou encore «L’étrange histoire de Benjamin Button», en avait aussi prit pour son grade au festival de Santa Barbara, où il était pourtant venu tresser des lauriers à l’acteur: «Si vous saviez les vacheries qu’on se lance habituellement, avait lâché un Brad Pitt hilare, après le discours du cinéaste. Là, il s’est montré tellement gentil. Mais il ne m’a jamais rien dit de tel… JAMAIS!»

La famille royale aussi

Et puis, bien sûr, on termine par son coup d’éclat aux BAFTA, à Londres, il y a quelques jours. A l’instar des meilleurs humoristes, la star n’avait pas hésité à balancer quelques savoureuses reparties sur l’actualité, et notamment le Brexit, entré en vigueur à peine deux jours auparavant: «Hey, la Grande-Bretagne! J’ai entendu dire que tu étais célibataire… Bienvenu au club! Bonne chance pour les papiers du divorce».

Pour des «raisons familiales», le comédien n’avait pas pu faire le déplacement en Angleterre mais avait confié à Margot Robbie le soin de lire son discours. «Il dit aussi qu’il va surnommer ce prix Harry, avait conclu l’actrice, parce qu’il est très content de le ramener aux Etats-Unis», allusion à peine déguisée au départ du prince Harry et de Meghan Markle outre-Atlantique. Une blague assez osée, surtout devant le prince William et Kate Middleton, assis au premier rang lors de la cérémonie. Sur scène, l’embarras de Margot Robbie était d’ailleurs palpable (à moins que feint), celle-ci s’empressant de préciser un «Ce sont ses mots, pas les miens» en s’éclipsant.

Bref, on ne sait pas si Brad Pitt a confié l’écriture de ses textes à un cador de la comédie mais une chose est sûre: si jamais il veut se reconvertir, il a un avenir tout tracé dans le stand up.

Christophe Pinol

Créé: 09.02.2020, 13h47

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.