Jeudi 14 novembre 2019 | Dernière mise à jour 17:45

TV Sébastien viré de France 2: «Je ne suis pas un paillasson!»

L'animateur du «Plus grand cabaret du monde» s'est exprimé, ému, sur C8 dans «Les Terriens du samedi», chez Thierry Ardisson.

Vidéo: Dailymotion/Les Terriens du samedi


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il y a une semaine, on apprenait que France 2 allait se séparer de Patrick Sébastien. Le contrat de l'animateur du «Plus grand cabaret du monde» ne sera pas renouvelé la saison prochaine. Il quittera donc la chaîne en juin, après vingt-deux ans passés sur le service public.

Hormis une courte vidéo publiée il y a quelques jours, Patrick Sébastien ne s'était pas exprimé sur l'affaire. Samedi soir, il est venu donner sa version des faits chez Thierry Ardisson, sur C8.

L'artiste a notamment parlé de Delphine Ernotte, la patronne de France Télévisions qu'il dit n'avoir vue que 10 minutes en quatre ans: «Elle ne savait pas que j'avais fait «Le grand bluff», une émission de 1992 qui détient le record de la plus forte audience jamais relevée en France pour un divertissement, avec près de 17,5 millions de téléspectateurs et 74 % de part de marché. C'est comme si le patron de la Fédération française de tennis ne savait pas que Noah a gagné Roland-Garros!»

Et de poursuivre: «Delphine Ernotte est peut-être celle à qui j'en veux le moins car elle est venue pour ça. (...) On n'est pas là pour avoir des états d'âme. Elle a dit des choses qui m'ont touché, qui sont passées comme une lettre à la poste. Un homme blanc de plus de cinquante ans... Je ne sais pas... Quand on exclut quelqu'un pour sa couleur, son identité, son âge, c'est de la ségrégation.»

Patrick Sébastien est ensuite revenu sur la manière dont il a appris son éviction de France 2: «Je n'ai vu personne. Depuis une semaine, je n'ai pas eu un coup de téléphone. On a convoqué ma femme qui est la directrice de ma boîte pour lui dire en cinq minutes: 'Vous lui direz que c'est fini'», raconte l'animateur, visiblement ému.

«Au bout de 22 ans où j'ai fait gagner beaucoup d'argent au service public, où j'ai créé, où je n'ai jamais escroqué le service public car j'ai mis l'argent à l'antenne... Déjà ça, c'est quand même un peu violent. Mais c'est pas grave. Dans la vie, il y a des gens qui se font larguer beaucoup plus vite que ça, ajoute-t-il, philosophe.»

Enfin, évoquant une étude commandée par France Télévisions qui se termine par la phrase «Patrick Sébastien fait de l'audience malgré tout grâce à son pouvoir contaminant», l'animateur avoue s'être senti mésestimé: «Tu te dis 'Putain, j'ai quand même une dignité. Je ne suis pas un paillasson! Allez vous essuyer les pieds ailleurs!' Ca me fait de la peine. (...) Un peu de respect, ça m'aurait fait du bien.»

Créé: 22.10.2018, 07h35

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.