Jeudi 2 juillet 2020 | Dernière mise à jour 13:47

Interview Eva Longoria: «Je préfère quelques kilos en trop»

La fin de «Desperate Housewives» a sonné. L’actrice parle de son expérience, de sa séparation et d’avenir. Exclusif.

Image: Allociné

Galerie photo

Les mille et un looks d'Eva Longoria

Les mille et un looks d'Eva Longoria La belle est une bête de mode qui a un appétit certain pour les robes de soirées. Tour d'horizon en images.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Personnage culte dans une série culte, Eva Longoria, la plus jeune des Desperate Housewives est devenue une star. Coup d’œil dans le rétroviseur, au moment où s’arrête la saga de Gabrielle Solis et de ses voisines.

La chaîne ABC vient de confirmer que «Desperate Housewives» s’arrêtait définitivement. Est-ce un choc pour vous?

Les patrons de la chaîne nous ont prévenus l’été dernier pour permettre à notre créateur, Marc Cherry, d’écrire une ultime saison qui réponde aux questions que se posent nos fans sur la vie de Gabrielle Solis, mon personnage et ses voisines. C’est déjà une consolation.

Savez-vous ce qui va se passer le dernier jour du tournage?

Moi, je sais ce que je vais faire toute cette journée-là: pleurer!

Qu’est-ce qui va vous manquer le plus?

L’équipe de la série et pas seulement mes partenaires mais aussi les techniciens qui m’ont vue grandir au fil des années. Nous avons eu les mêmes cameramen, les mêmes techniciens, les mêmes assistants, les mêmes cuisiniers pendant 8?ans, cela crée des liens. Nous avons traversé des mariages, des naissances, des maladies comme le cancer ou des divorces, comme le mien. Mais nous sommes restés solidaires face aux épreuves.

Qui a été le plus proche de vous durant les moments difficiles?

Je me souviens avoir passé des heures à discuter entre deux scènes avec Felicity et Marcia ( ndlr: Huffman et Cross ). Les meilleurs moments de «Desperate» pour moi ne se sont pas passés devant les caméras, mais dans ma loge, avec mes copines.

Quelle est votre analyse du chemin parcouru depuis les débuts de «Desperate»?

Je suis certainement celle des filles qui a le plus changé en l’espace de 8?ans. D’abord parce que j’étais la plus jeune des 4 (ndlr: elle aura 37 ans le 15 mars) et celle qui avait le moins d’expérience. J’avais 28 ans en 2004 et aucune idée de ce qu’était le succès avant «Desperate Housewives». Alors que mes partenaires avaient toutes 40 ans et déjà connu la réussite avec «Melrose Place» pour Marcia Cross ou «Smallville» pour Teri Hatcher par exemple. Je me suis retrouvée en l’espace de quelques mois avec le succès, l’argent, le stress et les propositions de gros contrats. Il m’a fallu apprendre très vite à gérer ma vie et ma carrière.

Votre vie privée a aussi été chamboulée durant vos années de télé…

C’est vrai. J’ai eu un mariage très public, j’ai vécu un divorce… et je ne suis plus la même fille.

Que gardez-vous de bon de cette relation avec Tony Parker?

Beaucoup de bons moments. Et grâce à lui, je me suis mise à apprendre le français. Le reste, je le garde pour moi. Felicity m’a expliqué que 60% des premiers mariages en Amérique se finissent en divorce puis 80% des seconds mariages. Mais il paraît que le taux de réussite est nettement meilleur pour le troisième alors je suis optimiste. ( Rires.)

Vous êtes plus belle et plus mince que jamais. Est-ce la vie de célibataire?

C’est terrible car j’ai lu dans des magazines qu’on me disait encore plus belle après divorce, mais cela n’est pas ma volonté. D’ailleurs, je me sens mieux dans ma peau avec des rondeurs et des formes.

Comment va se conclure la vie de Gabby dans la série?

Je ne veux pas le savoir, car je suis incapable de garder un secret. Je suis devenue très protectrice avec Gabby au fil des années. Ce que notre auteur décidera pour mon personnage m’ira très bien, j’ai entièrement confiance en lui. Gabby, ça n’est pas moi!

Quel est votre épisode favori?

Le premier épisode, le pilote, est mon favori. Il a changé toute ma vie. La scène où je passe la tondeuse est dans ma mémoire pour toujours. Il y a un autre épisode que j’ai adoré: celui où je gifle une bonne sœur. J’ai trouvé ça amusant et choquant.

Allez-vous conserver un souvenir de la série?

Oui, mais je ne peux pas vous dire quoi. J’ai parlé de quelques objets que je voulais prendre dans la garde-robe de «Desperate» et aussitôt les dirigeants de la chaîne ABC ont mis un cadenas sur mon placard en me disant que tout était la propriété des studios et que je n’avais pas le droit de voler quoi que ce soit. Alors, pour cette raison, je vais prendre des souvenirs sans en parler à quiconque. ( Rires.)

Voulez-vous rester à la télé?

J’ai plusieurs projets de série que je suis en train de développer avec différentes chaînes. Le plus avancé s’appelle «Vega contre Vega». Il s’agit des mésaventures d’une femme avocate et de sa fille avec laquelle elle a des relations conflictuelles mais qui va devenir son associée. Pour l’instant, je ne suis que productrice. J’ai prévu de rester derrière les caméras, mais qui sait?

Créé: 30.01.2012, 18h58

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.