Dimanche 16 décembre 2018 | Dernière mise à jour 09:02

Confidences Tina Turner: «Je me sens bien et en sécurité en Suisse»

Tina Turner a appris l'allemand pour sa naturalisation et a expliqué pourquoi elle ne voudra jamais quitter notre pays.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La légendaire Tina Turner s'apprête à sortir son autobiographie «My Love Story: A Memoir», le 15 octobre prochain. Alors qu'elle y raconte sa relation cauchemardesque qu'elle a entretenue avec Ike Turner, un premier mari violent et abusif. Tina écrit qu'elle a de nouveau cru en l'amour en rencontrant le producteur allemand Erwin Bach avec lequel elle vit en Suisse, à Küsnacht (ZH). Ce dernier lui a sauvé la vie l'année dernière en lui donnant un rein qui avait lâché suite à un cancer de l'intestin. Mais ce n'est pas tout! La chanteuse de 78 ans raconte aussi comment s'est déroulée sa naturalisation et pourquoi elle se sent si bien en Suisse. Blick s'est procuré les bonnes feuilles de cet ouvrage qui révèle tous les détails.

«Qu'est-ce que j'aime de la Suisse? Tout! D'une certaine manière, le paysage me rappelle le Tennessee, où j'ai grandi, en particulier les fermes et les prairies. Mais j'aime aussi explorer les villes avec leurs bâtiments historiques merveilleusement préservés. Et peu importe où je vais, ça me surprend toujours comme c'est propre ici. L'air est si pur qu'un souffle ressemble à une gorgée d'eau froide et claire», a-t-elle expliqué, mais ce n'est pas tout. Elle est aussi complètement amoureuse de la nature qui l'entoure.

Les saisons en Suisse

«J'aime aussi les saisons changeantes. Cela ne semble pas incroyable, mais nous avons perdu le sens du rythme de la nature dans de nombreuses régions du monde. En Suisse, il y a un vrai hiver, un froid glacial et très pittoresque avec sa neige parfaite. Dans notre village, nous avons une patinoire qui ressemble à un motif de carte postale.»

Elle a confié aimer aussi la ponctualité des gens du pays, la courtoisie et aussi l'ouverture d'esprit des gens. «Erwin et moi avons trouvé au fil des ans de merveilleux amis qui n’ont rien à voir avec le show-business. Disons simplement ceci: Je me sens bien et en sécurité en Suisse.»

Sa demande de naturalisation n'a pas été facile

Tina Turner a reçu la nationalité suisse en avril 2013, alors qu'elle est résidente chez nous depuis 1995. Mais cette étape s'est révélée très compliquée, car elle devait passer tous les examens dans une des langues nationales. «En fin de compte, il est beaucoup plus facile d'obtenir une citoyenneté dans un pays de naissance que d'en faire la demande. Pour les tests, j'ai fait appel à un professeur. Il était prévu que je me familiarise avec l'histoire de la Suisse et que j'apprenne un peu l'allemand.»

En 2012, elle s'est rendue seule devant une commission où elle a été reçue par 7 experts. Elle était vraiment terrifiée. «J'ai chanté devant des millions de personnes, sans ressentir la moindre frayeur, mais lorsque j'étais devant eux, mon cœur battait à mille à l'heure. Pour apaiser un peu la tension, j'ai immédiatement admis que j'étais terriblement nerveuse. Aucune réaction. Ensuite, je leur ai offert des pastilles que j'avais achetées spécialement pour l'occasion. Tout le monde aime les sucreries, pensai-je, surtout en Suisse. Quand personne n'a répondu, j'ai réalisé que je ne gagnerais aucun point de cette manière. La commission a pris sa mission très au sérieux.»

L'hymne Suisse l'a sauvée

Alors qu'elle répondait correctement à toutes les questions, le moment qui a vraiment interpellé la commission a été lorsqu'elle leur a annoncé qu'elle apprenait l'hymne national. «Je trouve intéressant qu'il ait un attrait religieux, un peu comme un titre entendu dans l'église.»

«Ils étaient un peu perplexes. Ils auraient probablement été moins surpris si j'avais cité DJ BoBo, le spécialiste suisse de la musique, plutôt que l'hymne suisse. En fait, c'était la meilleure réponse que je pouvais donner: encore une fois, une chanson m'avait sauvé. La commission était en faveur de ma naturalisation et je suis devenue la fière propriétaire d'un passeport suisse.» (Le Matin)

Créé: 08.10.2018, 10h36

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters