Samedi 24 août 2019 | Dernière mise à jour 01:13

Sexualité Agrandir son pénis ne fonctionne pas et c'est dangereux

Une étude montre que les diverses procédures sont risquées, chères, ne satisfont pas les patients et devraient être évitées.

La grande majorité des hommes qui veulent agrandir leur pénis le font car ils le jugent trop petit alors qu'il est en fait normal.

La grande majorité des hommes qui veulent agrandir leur pénis le font car ils le jugent trop petit alors qu'il est en fait normal. Image: iStock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les publicités vantant telle ou telle méthode pour agrandir son pénis affluent dans les boîtes aux lettres électroniques. Des cliniques privées proposent des opérations chirurgicales pour doter monsieur d'un plus grand membre. Mais toutes ces procédures sont-elles efficaces? Pour le savoir, une équipe de chercheurs turinois et londoniens a fait une synthèse de 17 études antérieures qui évaluaient 21 méthodes d'élargissement du pénis pratiquées sur 1192 patients en Grande-Bretagne et ailleurs. Aucun d'eux ne souffrait d'une pathologie de son organe sexuel, ce qui signifie que l'unique raison de l'intervention était bien de l'agrandir.

L'efficacité de toutes ces méthodes s'est révélée très médiocre, selon les conclusion publiée dans «Sexual Medicine Reviews». Ainsi, parmi les traitements non chirurgicaux, les extenseurs augmentent la longueur flasque, mais de moins de 2 cm. Les injections agrandissent la circonférence mais sont souvent suivies de complications. Quant aux appareils de pompe à vide, ils sont tout simplement inefficaces.

Parfois il rétrécit

En ce qui concerne les diverses opérations chirurgicales (incisions, greffes de tissus, etc), certains patients ont constaté une augmentation substantielle de leur pénis, mais ce sont surtout des complications qui sont survenues et pas des moindres: déformation du membre, dysfonctionnement érectile et même dans certains cas, raccourcissement du pénis.

L'un des chercheurs, Gordon Muir, urologue à l'hôpital King's College de Londres, a déclaré au «Guardian» que ces opérations ne devraient presque jamais être pratiquées. Déjà parce que «la grande majorité des hommes souhaitant agrandir leur pénis en ont un de longueur tout à fait normale, mais ils ont souvent l'impression qu'il est trop petit». La plupart des ces opérations sont pratiquées dans des cliniques privées et l'urologue estime qu'il s'agit «d'un groupe de charlatans qui s’attaquent à ces hommes vulnérables» en leur proposant des procédures qui n’ont généralement aucune efficacité. De plus, selon lui, ces opérations s'apparentent à des opérations de hernie qui, dans les hôpitaux publics britanniques coûtent 4000 francs alors que certaines cliniques facturent ces traitements jusqu'à plus de 50 000 francs.

Informé, on renonce

En conclusion, et vu que seul 20% des patients s'estiment satisfaits tandis que les autres regrettent leur choix, les chercheurs estiment que chacun devrait être pleinement informé des risques liés à ces méthodes avant d'y avoir recours et ceci après une évaluation psychologique. L'étude relève ainsi que, après avoir été suffisamment informé, la majorité des hommes avaient réalisé que leur pénis était normal et avaient renoncé à le modifier.

Créé: 10.05.2019, 14h06

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters