Dimanche 23 février 2020 | Dernière mise à jour 17:05

Santé Arrêter la clope avant une opération réduit les risques

Stopper la cigarette avant une intervention chirurgicale a des effets positifs sur la santé du patient, selon une étude de l'OMS.

A compter de quatre semaines de sevrage tabagique, chaque semaine supplémentaire sans tabac améliore de 19% l'état de santé du patient.

A compter de quatre semaines de sevrage tabagique, chaque semaine supplémentaire sans tabac améliore de 19% l'état de santé du patient. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les personnes qui arrêtent de fumer, même quatre semaines avant une opération chirurgicale, présentent un risque plus faible de complications post-opératoires, selon une étude publiée lundi par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Malgré un consensus général sur le fait qu'arrêter de fumer avant une opération peut avoir un impact positif sur la santé du patient, il y a eu jusqu'à présent une certaine controverse sur le bon moment pour arrêter la cigarette, selon l'OMS.

«De nouvelles preuves révèlent que les fumeurs qui arrêtent de fumer environ quatre semaines ou plus avant l'opération chirurgicale ont un risque de complications plus faible», a indiqué l'agence de l'ONU dans un communiqué. Six mois après leur opération, ces personnes récupèrent mieux que celles qui n'avaient pas arrêté de fumer.

Après une opération, le corps humain met tout en oeuvre pour cicatriser et combattre les infections éventuelles, un processus qui augmente les besoins en oxygène et nutriments. Or la nicotine et le monoxyde de carbone, présents dans les cigarettes, peuvent diminuer les niveaux d'oxygène présents dans le corps, augmentant le risque de complications post-opératoires, a détaillé l'OMS.

Meilleure circulation

L'étude conjointe de l'OMS, de l'Université de Newcastle (Australie) et de la Fédération mondiale des sociétés des anesthésistes (FMSA) montre qu'à compter de quatre semaines de sevrage tabagique, chaque semaine supplémentaire sans tabac améliore de 19% l'état de santé du patient, grâce à une meilleure circulation sanguine. Les patients qui cessent de fumer sont aussi moins susceptibles de subir des complications liées à l'anesthésie, selon l'étude.

L'OMS encourage les pays à inclure des programmes de sevrage et des campagnes d'éducation dans leurs systèmes de santé afin d'aider les gens à arrêter de fumer.

«Le rapport démontre qu'il y a des avantages à reporter une chirurgie mineure ou non urgente pour offrir aux patients la possibilité d'arrêter de fumer, ce qui se traduit par un meilleur résultat pour leur santé», a déclaré le Dr Vinayak Prasad, chef de l'Initiative Sans Tabac de l'OMS. (ats/nxp)

Créé: 20.01.2020, 16h07

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.