Lundi 9 décembre 2019 | Dernière mise à jour 20:01

Recherche universitaire «Champignons magiques» en soutien d'une psychothérapie

Des chercheurs de l'Uni de Zurich ont établi que la psilocybine a un effet bénéfique sur les personnes atteintes dans leur psychisme.

La substance psychoactive de ces champignons, la psilocybine, peut avoir des effets positifs sur des personnes souffrant de dépression, d’anxiété ou encore de troubles obsessionnels compulsifs.

La substance psychoactive de ces champignons, la psilocybine, peut avoir des effets positifs sur des personnes souffrant de dépression, d’anxiété ou encore de troubles obsessionnels compulsifs. Image: Wikimedia - R. Heim

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La psilocybine, une substance gagnée à partir de «champignons magiques» mexicains, modifie la perception des contacts sociaux dans le cerveau. Cet effet réduit la souffrance psychique due au rejet social, ont découvert des chercheurs de l'Université de Zurich.

Les personnes atteintes dans leur psychisme sont souvent exclues socialement. Dans leur situation, c'est d'autant plus néfaste qu'ils réagissent souvent de manière plus vive aux rejets que les autres. La souffrance psychique qui en découle n'est guère soignable par des médicaments courants et elle complique la thérapie.

L'équipe scientifique de Franz Vollenweider, de la clinique psychiatrique universitaire de Zurich, a découvert que la psilocybine affaiblit la réaction au rejet social dans le cerveau.

Pour ce faire, elle stimule la sérotonine. Ce messager chimique du système nerveux central est impliqué dans plusieurs fonctions physiologiques, dont l'agressivité et la dépression. Une baisse de l'activité de ces neurones serait associée à diverses formes de dépression.

Moins de souffrance

Les participants à l'étude qui ont reçu une petite quantité de psilocybine ont affirmé se sentir moins rejetés et ressentir moins de souffrance que ceux qui avaient reçu un placebo.

Ces résultats, publiés dans la revue spécialisée PNAS, pourraient ouvrir une nouvelle voie pour expliquer les mécanismes neuropharmacologiques des échanges sociaux et pour le développement de nouvelles thérapies. (ats/nxp)

Créé: 18.04.2016, 12h14

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.