Samedi 11 juillet 2020 | Dernière mise à jour 09:08

Coronavirus Covid-19: le mystère de ces symptômes qui durent

Quatre mois après avoir contracté le virus, une Genevoise n'a toujours pas retrouvé l'odorat. Jusqu'à 10% des guéris auraient gardé des séquelles selon une étude.

Une Genevoise de 31 ans guérie du Covid-19 constate que des symptômes persistent quatre mois après son rétablissement.

Une Genevoise de 31 ans guérie du Covid-19 constate que des symptômes persistent quatre mois après son rétablissement. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le 16 mars, Sylvie*, une Genevoise de 31 ans apprenait qu'elle était atteinte du COVID-19. Bientôt quatre mois plus tard, cette mère de famille a retrouvé une vie normale, ou presque. Car un certain nombre de symptômes persistent.

Perte d'odorat et souffle court

«Je n'ai toujours pas retrouvé l'odorat, déplore-t-elle. Je ne sens plus rien, à moins de vraiment mettre mon nez dans quelque chose. Et je suis vite essoufflée, au point que je n'ose plus reprendre le sport. Pareil pour mon mari qui en plus, tousse encore. Mais ça, on ne sait pas si c'est dû à la météo ou au Covid-19.»

Astrid, 38 ans, travaillant dans le milieu médical à Lausanne, a eu plus de chance. «Durant deux semaines, j'ai gardé une toux et une fatigue légère. Mon odorat est revenu à la normale après environ un mois. Aujourd'hui, j'ai la même forme physique qu'avant l'infection!»

Trois mois après son rétablissement, Elie, un Lausannois de 31 ans, chercheur dans l'industrie pharmaceutique sent persister une certaine fatigue. «Mais je ne peux pas dire si elle est liée à l'infection ou aux changement de rythme de vie dû au confinement, souligne-t-il. Le plus marquant reste la perte d'odorat et de goût qui a persisté plus d'un mois. Ce qui était vraiment particulier, c'était la présence d'une odeur de brûlé qui revenait de temps à autres, selon mon état de fatigue.»

La crainte d'une rechute

Nos trois témoins ne sont pas des cas isolés. Les infectiologues rapportent que 5 à 10% des anciens malades souffrent de troubles divers trois semaines après avoir vaincu le virus, selon France Inter. Un mystère pour les médecins qui ne trouvent pas encore d'explication à ce phénomène.

Sur les réseaux sociaux, des internautes craignent de ne jamais s'en remettre. Ils disent souffrir d'oppression au thorax, de tachycardie, de douleurs musculaires, de diarrhées, de céphalées, de perte d’odorat et de goût, de gène respiratoire et d'épuisement. Les médecins sont d'ailleurs de plus en plus sollicités par des patients redoutant une rechute.

Interrogé par le média français, Benjamin Davido, un infectiologue français, explique qu'après examen, ceux-ci ne sont plus porteurs du virus. Il émet l'hypothèse qu'il s'agit là d'une réaction disproportionnée du système immunitaire qui continue de se battre contre une infection qui n'est plus là. «Comme l'agent infectieux a disparu, les défenses se retournent contre vous même, vos muscles, vos articulations», explique-t-il.

Surveillés jusqu'en 2021

Après un repos de trois semaines, Sylvie est retournée au travail sur les conseils de son médecin. Son état n'était plus fébrile, mais la reprise est loin d'avoir été facile. «Au début, j'étais dans un état de confusion, chamboulée, au point d'oublier les noms des personnes avec lesquelles je travaille, note-t-elle. Heureusement ça a fini par passer.»

La Genevoise et son mari qui ont exercé une activité professionnelle durant la période de semi-confinement, se sont portés volontaires pour participer à l'étude SEROCOV-WORK+.

Lancée le 18 mai par l’Unité d’épidémiologie populationnelle des HUG, l'enquête vise à mesurer l’exposition au coronavirus «des professionnels des métiers essentiels» sur une période de 15 mois. Leur état de santé sera donc étudié jusqu'à l'automne 2021.

*nom d'emprunt

Créé: 11.06.2020, 10h45

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.