Vendredi 29 mai 2020 | Dernière mise à jour 22:37

Santé Le diabète se cache, démasquez-le!

Près de 150 000 Suisses ignorent qu’ils ont trop de sucre dans le sang. Un fléau en constante augmentation et qui peut avoir de terribles conséquences. Faites-vous dépister!

Le diabète implique de nombreuses contraintes comme le contrôle régulier de son taux de glycémie.

Le diabète implique de nombreuses contraintes comme le contrôle régulier de son taux de glycémie. Image: Stocklib

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Aujourd’hui, une personne sur 15 est atteinte de diabète en Suisse. Mais, surtout, 30% en sont victimes sans le savoir… Vous, peut-être? A l’occasion de la journée mondiale, qui s’est tenue vendredi, consacrée à ce fléau en croissance constante, les professionnels de la santé ont notamment mis l’accent sur l’importance du dépistage. Tout en rappelant les graves conséquences qui peuvent découler de cette maladie due à un taux de sucre trop élevé dans le sang: augmentation des risques d’infarctus, cécité ou encore maladie rénale.

EST-CE QU’ON EST TOUS DES DIABÉTIQUES POTENTIELS?

«Théoriquement, oui, souligne le Pr Jacques Philippe, spécialiste du diabète aux HUG. Toutefois, un certain nombre de facteurs de risques sont bien identifiés, tels le surpoids, l’inactivité et l’âge. A cela s’ajoute une composante héréditaire.» En Suisse, on compte entre 6 et 7% de diabétiques (dont près de 4% n’ont aucun kilo superflu). Ce qui n’est encore rien face aux 25% enregistrés dans les pays du Golfe (50% après 50 ans!) Quant à la pandémie, elle continue à s’étendre partout dans le monde.

Y A-T-IL DES SIGNES AVANT-COUREURS DU DIABÈTE?

Pas forcément. La maladie est souvent asymptomatique au début et parfois même jusqu’à l’apparition des premières complications: troubles de la vision, problèmes rénaux, perte de la sensibilité aux extrémités des membres. «Il arrive que des patients se présentent aux urgences avec de graves brûlures aux pieds parce qu’ils n’avaient pas ressenti la chaleur du sable sur la plage.»

QUAND FAUT-IL SE FAIRE DÉPISTER?

«Il serait raisonnable d’effectuer un contrôle de son taux de glycémie après l’âge de 50 ans», estime le Pr Jacques Philippe. Mais également plus tôt, pour les personnes – y compris les enfants – qui souffrent d’un important problème de poids.

LA MALADIE PEUT-ELLE SE GUÉRIR?

Lorsque le diabète est dépisté suffisamment tôt, autrement dit avant d’avoir occasionné des effets secondaires, il est possible de le voir disparaître en modifiant son mode de vie (bouger, perdre du poids) et en prenant les traitements adéquats. «Certains patients peuvent alors se passer de médicaments», souligne le médecin. Toutefois, cette réversibilité n’est pas systématique, la maladie évoluant différemment de personne à personne. Mais elle reste toujours difficile à vivre, car elle implique un contrôle permanent de son indice de glycémie et de son alimentation. Par ailleurs, lorsque des organes sont atteints, les lésions sont souvent irréversibles.

Créé: 19.11.2014, 11h56

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.