Samedi 4 avril 2020 | Dernière mise à jour 13:11

Pandémie Faux remèdes et rumeurs font des ravages

Alors que les chercheurs se sont lancés dans une course contre la montre pour trouver un traitement efficace ou un vaccin, la peur se révèle mauvaise conseillère. Tour d'horizon.

les rumeurs les plus folles continuent de se répandre sur internet et les réseaux sociaux, alimentant la confusion.

les rumeurs les plus folles continuent de se répandre sur internet et les réseaux sociaux, alimentant la confusion. Image: iStock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Remèdes» miracles toxiques, traitements médicaux interrompus... les conséquences de la vague de désinformation liée au nouveau coronavirus peuvent se révéler dévastatrices et même tuer.

Face aux milliers de morts, les chercheurs se sont lancés dans une course contre la montre pour trouver un traitement efficace ou un vaccin. Mais dans le même temps, les rumeurs les plus folles continuent de se répandre sur internet et les réseaux sociaux, alimentant la confusion.

Au méthanol En Iran, un des pays les plus durement touchés par le nouveau coronavirus, plus de 210 personnes sont décédées d'intoxication au méthanol après des rumeurs selon lesquelles boire de l'alcool pouvait contribuer à guérir ou à se protéger du Covid-19, selon l'agence officielle Irna.

Et la liste des faux remèdes pouvant s'avérer dangereux est longue, selon une liste établie par l'AFP.

Cendres volcaniques, lampes à UV ou eau de javel sont autant de fausses recommandations qui peuvent même se révéler nocives pour l'organisme, ont mis en garde les autorités sanitaires.

Argent colloïdal

Certaines publications sur des réseaux sociaux conseillent de boire une solution d'argent colloïdal (contenant de l'argent sous forme de nanoparticules) pour «tuer le coronavirus».

«Je fabrique actuellement de l'argent colloïdal. J'ai de l'asthme et est-ce que ça marche vraiment... (...) Est-ce que ça aide si je prends une cuillère à café par jour», interroge Michelle, sur un groupe Facebook. Les effets secondaires de cette solution peuvent entraîner une décoloration de la peau, qui prend une teinte gris-bleu, et une mauvaise assimilation de certains médicaments, notamment les antibiotiques, selon les Instituts nationaux de santé (NIH) américains.

Ces mises en garde ne sont pourtant pas dissuasives. Ainsi, un Australien a expliqué à l'AFP acheter régulièrement ce produit mais que désormais «il n'y en a plus dans ma ville... avant le virus, on pouvait toujours en trouver».

Cocaïne et javel

Prendre de la cocaïne ou boire de l'eau de javel font partie des mauvais conseils qui circulent aussi sur internet. «Non, la cocaïne ne protège pas contre le Covid-19», a même été contraint de mettre en garde le ministère de la Santé français dans un Tweet. La rapide propagation d'informations sur des théories scientifiques n'ayant pas encore fait leurs preuves peut également conduire des patients angoissés à prendre des risques inutiles.

Inquiétudes chez les cardiaques

Des lettres et des articles théoriques parus dans des revues scientifiques ont semé la confusion chez les personnes cardiaques. Ces publications évoquaient le fait que des médicaments pour le cœur pouvaient accroître les chances de développer une forme grave de Covid-19. Cela a conduit les autorités sanitaires européennes et américaines à recommander à ces malades de poursuivre leur traitement.

Carolyn Thomas, qui tient un blog pour les femmes cardiaques, affirme que des dizaines de ses lectrices l'ont contactée à la suite de tweets mettant en de garde contre des médicaments utilisés en cardiologie. «Jusqu'à ce que je vois mon cardiologue, je continue mon traitement, même si je me demande s'ils ne me rendent pas plus vulnérable au virus», a affirmé Mme Thomas à l'AFP, en auto-confinement au Canada. «J'ai peur de les prendre mais aussi de les arrêter,» a-t-elle reconnu.

Le professeur Garry Jennings, conseiller médical en chef de la Fondation australienne du coeur a estimé que ces articles «sont fondés un certains nombres de facteurs qui sont tous controversés». Il met en garde les patients qui interrompraient leur traitement, rappelant qu'ils risquent une crise cardiaque ou de décéder. «En l'absence de toute preuve et en sachant que ces médicaments sont bénéfiques, ce n'est pas une bonne idée d'arrêter», selon lui.

Intoxiqué au phosphate de chloroquine

Aux Etats-Unis, un homme est décédé après avoir ingéré du phosphate de chloroquine, l'un des traitements testés qui fait débat. Cet habitant de l'Arizona, qui avait entendu le président américain Donald Trump en parler comme pouvant être «un don du ciel», a ingurgité une dose trop importante de produit d'entretien d'aquarium qui lui a été fatale.

«Je l'ai vu sur l'étagère du fond et j'ai pensé : Hé, ce n'est pas ce dont ils parlent à la télé? », a raconté son épouse a raconté à la chaîne NBC News. (afp/Le Matin)

Créé: 26.03.2020, 08h25

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.