Samedi 11 juillet 2020 | Dernière mise à jour 22:39

Recherche Des Genevois isolent deux failles dans la cuirasse du virus

Des chercheurs de l'Université de Genève ont trouvé les zones où les anticorps s’arriment de manière préférentielle au SARS-Cov-2. Cette découverte pourrait faciliter le développement d’un vaccin.

Le fait de s'accrocher à une cellule n'assure pas encore au virus de pouvoir fusionner avec elle, indique l'étude genevoise.

Le fait de s'accrocher à une cellule n'assure pas encore au virus de pouvoir fusionner avec elle, indique l'étude genevoise. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des scientifiques genevois ont identifié les parties de l'enveloppe du SARS-Cov-2 qui sont les plus fréquemment visées par les anticorps. Elles représentent une cible potentielle pour le développement d'un vaccin.

«Le corps humain produit sans arrêt, de manière aléatoire, des anticorps d'une très grande diversité. Il y en a des milliers de milliards, tous différents, et ils attendent un éventuel envahisseur pour s'y attacher et le désigner au système immunitaire comme une cible à détruire», explique Nicolas Winssinger, professeur au Département de chimie organique de l'Université de Genève (UNIGE), cité jeudi dans un communiqué de cette dernière.

«Quand survient un agent pathogène nouveau, comme le SARS-Cov-2, quelques-uns de ces anticorps ont la capacité de s'amarrer à lui et de déclencher une réponse efficace du système immunitaire. Mais tout le monde ne sélectionne pas les mêmes anticorps ni, par conséquent, ne développe la même réponse immunitaire», ajoute le chercheur. L'épidémie actuelle de Covid-19 se distingue en effet par la grande diversité de réponses au coronavirus. Certaines personnes ne se rendent simplement pas compte qu'elles sont infectées, d'autres sont affreusement malades, voire en meurent.

Point d'amarrage

Afin de mieux comprendre cette diversité, les équipes de Nicolas Winssinger et de Nicolas Vuilleumier, professeur au Département de médecine de l'UNIGE et médecin chef du Service de médecine de laboratoire aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) ont tenté de savoir quels anticorps sont préférentiellement sélectionnés chez les personnes ayant eu le COVID-19 et surtout à quels endroits précis de l'agent infectieux ils s'amarrent.

Douze patients ont participé à l'étude et les résultats confirment que les réponses ne sont de loin pas uniformes. Le seul point commun entre tous les anticorps générés par les participants, c'est qu'ils visent les «clous» qui couvrent la surface des coronavirus et auxquels ils doivent leur nom. Mais ils s'amarrent à des endroits très différents de ces grandes protéines.

Les scientifiques ont néanmoins identifié trois zones les plus fréquemment sélectionnées. Et deux d?entre elles correspondent à des points d'accroche indispensables à des protéines spéciales (protéases) qui permettent au coronavirus de fusionner avec la membrane cellulaire et de relâcher son matériel génétique à l'intérieur de sa proie.

Tête ou base du clou?

«Nous avons été surpris par ce résultat», précise Nicolas Winssinger. «Jusqu'à présent, la plupart des efforts dans ce domaine se sont concentrés sur la partie supérieure du clou, celle dont on sait qu'elle permet au coronavirus de s'attacher à la cellule-cible. La fusion du virus avec la cellule n?en représente que la deuxième étape mais elle est en réalité plus décisive».

En effet, le fait de s'accrocher à une cellule n'assure pas encore au virus de pouvoir fusionner avec elle. De plus, le problème avec la partie supérieure du clou, c'est qu'elle ne représente pas forcément une cible idéale pour un médicament ou un vaccin. Elle peut même s'avérer dangereuse.

Des études effectuées sur des singes infectés par le SARS-Cov1, le coronavirus responsable de l'épidémie de 2003, ont montré que des anticorps s'attachant à cet endroit non seulement n'empêchent pas toujours les virus de s'attacher à leurs cellules-cibles mais, en plus, les redirigent vers d'autres types de cellules, provoquant ainsi l'apparition de maladies secondaires.

Les deux zones identifiées par les auteurs genevois, quant à elles, sont impliquées dans un processus très différent. Elles pourraient donc offrir une alternative plus prometteuse – et moins risquée – dans la recherche d?un nouveau traitement ou vaccin. Mais avant cela, il faudrait d'abord évaluer le pouvoir neutralisant des anticorps correspondants, conclut l'UNIGE. Ces travaux ont été déposés sur MedRxiv, une archive de prépublications consacrée à la recherche médicale. (ats/Le Matin)

Créé: 25.06.2020, 11h55

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.