Jeudi 27 février 2020 | Dernière mise à jour 21:41

Santé Migraine: traitement peu efficace chez les enfants

Une étude montre que le traitement pharmacologique préventif de la migraine chez les enfants n'est guère plus efficace qu'un placebo.

Les prescriptions pour les enfants ne sont pas efficaces car elles sont en grande partie basée sur des données provenant d'études sur des adultes.

Les prescriptions pour les enfants ne sont pas efficaces car elles sont en grande partie basée sur des données provenant d'études sur des adultes. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les traitements médicamenteux contre la migraine chez les enfants et les jeunes ne sont pas plus efficaces sur le long terme qu'un placebo. C'est ce qu'indique une étude internationale avec participation bâloise publiée dans la revue américaine «JAMA Pediatrics».

La migraine ne touche pas que les adultes, mais aussi les enfants et adolescents. Or ceux-ci ne réagissent pas de la même manière aux médicaments, a indiqué mardi l'Université de Bâle dans un communiqué.

Le traitement prophylactique de la migraine peut comprendre plusieurs médicaments, des anti-inflammatoires, des antihypertenseurs, des vasoconstricteurs ou encore des antiépileptiques, entre autres. Chez les enfants, la prescription était jusqu'ici en grande partie basée sur des données provenant d'études sur des adultes.

Guère mieux qu'un placebo

Les auteurs ont réalisé une méta-analyse compilant 23 études menées entre 1967 et 2018 sur un total de 2200 patients. Résultat: chez les enfants et les jeunes, aucun résultat significatif supérieur au placebo ne peut être observé sur le long terme (au-delà de cinq à six mois). Seuls deux médicaments ont été efficaces sur le court terme.

«Notre étude montre par conséquent que le traitement pharmacologique préventif de la migraine pédiatrique avec tous ces médicaments n'est guère plus efficace qu'un placebo», conclut Cosima Locher, de l'Université de Bâle citée dans le communiqué.

Des études supplémentaires sont nécessaires pour identifier les facteurs de la réponse individuelle à ces traitements chez les jeunes, notamment l'effet placebo qui est plus marqué, selon les auteurs. Des chercheurs américains et allemands ont également participé à ces travaux. (ats/nxp)

Créé: 11.02.2020, 12h51

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.