Lundi 22 avril 2019 | Dernière mise à jour 00:46

Tonga Une nouvelle île bien mystérieuse

Des scientifiques de la NASA se sont rendus sur ces terres qui ont surgi des flots il y a quatre ans. Ils y ont fait d'étranges découvertes.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En janvier 2015, suite à une éruption volcanique, une île a surgi des flots dans le Pacifique. Elle a émergé entre deux îles de l'archipel de Tonga et les a reliées. Il n'est pas rare que de nouvelles terres apparaissent ainsi, mais la nouvelle venue n'est que la troisième île qui, depuis 150 ans, a survécu plus de quelques mois.

Extrêmement isolée, elle a reçu la visite de scientifiques de la NASA en octobre dernier. Pourquoi des chercheurs de l'agence spatiale américaine s'intéressent-ils à une île volcanique? Car sa formation et son évolution pourraient leur donner des indices «sur la manière dont les paysages volcaniques ont interagi avec l'eau la planète Mars il y a très longtemps», peut-on lire sur le compte-rendu de la mission.

L'apparition de l'île en images. Vidéo: NASA

Le premier contact des scientifiques avec celle qui n'a pas encore de nom a été plutôt désagréable. «La plage est en grande partie en gravier noir, raconte Dan Slayback qui faisait partie de l'expédition. Je n’appellerai pas cela du sable, c'était du gravier de la taille d’un pois. Comme nous portions principalement des sandales, c’était donc très douloureux, car cela s'enfilait sous les pieds.»

Éruption de boue argileuse

Autre surprise: le cône volcanique régurgite une boue argileuse gris clair, très collante. «Je suis très perplexe quant à son origine, car il n'y pas de cendre en elle», dit Dan Slayback. En revanche, de la végétation a commencé à pousser sur cet isthme qui relie les deux îles préexistantes. Elle est certainement issue de graines contenues dans le guano des oiseaux. Plusieurs échantillons de sols ont été récoltés, avec l'accord du royaume de Tonga à qui appartient l'île, afin d'être analysés.

Rapide érosion

Mais l'équipe a surtout tenu à mesurer l'île sous toutes ses coutures, elle dont le sommet du cône volcanique culmine à 120 mètres. On a ainsi pu se rendre compte à quelle vitesse les falaises nouvellement sorties des flots s'érodent sous l'action de la pluie et de l'océan. Des canyons profonds de plus de deux mètres les creusent déjà.

Rentrés de leur expédition, les scientifiques travaillent actuellement à élaborer un modèle 3D plus réaliste de l’île afin de déterminer son volume et la quantité de cendres et de matières volcaniques dégagées par le vent le long du bord de la caldeira sous-marine. Il faudra également étudier les processus hydrothermaux en cours qui pourraient solidifier le matériau et lui permettre de résister à l'érosion de manière durable. L'île mystérieuse n'a pas fini de faire parler d'elle. (Le Matin)

Créé: 07.02.2019, 14h30

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.