Mardi 2 juin 2020 | Dernière mise à jour 16:31

Confédération L'OFSP bloque une étude sur la distribution des médicaments

Les médecins qui distribuent des médicaments contribuent à l'explosion des coûts de la santé, selon les opposants à cette pratique. L'OFSP a commandé une étude à ce sujet mais refuse de rendre publics les résultats.

L'OFSP garde toujours sous le boisseau une étude sur l'impact pour les coûts de la santé de la distribution de médicaments par les cabinets médicaux

L'OFSP garde toujours sous le boisseau une étude sur l'impact pour les coûts de la santé de la distribution de médicaments par les cabinets médicaux Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En Suisse alémanique, les médecins peuvent prescrire et distribuer des médicaments dans leur cabinet. Une pratique absente en Suisse romande et au Tessin et qui concourt à augmenter les prix de la santé, selon ses opposants.

L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a donc ordonné une étude à ce sujet. Les résultats sont connus depuis un an, mais l'OFSP se refuse à les rendre publics, comme l'explique le Tages-Anzeiger dans son édition du 17 novembre après avoir essuyé un refus de l'Office.

Incompréhension sous la coupole

Une retenue qui s'explique par la révision de la loi sur la santé, actuellement en phase décisive. La commission du Conseil des Etats doit se prononcer ce mardi à ce sujet alors que celle du National a déjà donné son aval, avec des retouches.

Mais l'attitude de l'OFSP surprend sous la Coupole. «Si la Confédération dispose d'une telle étude, je ne comprends pas pourquoi elle n'est pas intégrée au débat», s'étonne le conseiller national Lorenz Hess (PBD/BE) et membre de la commission.

L'OFSP ne veut rien entendre

Même incompréhension au sein du corps médical. «Nous trouvons très osé que cette étude soit cachée aux parlementaires», déplore Urs Stoffel, membre de la direction de la Fédération des médecins suisses (FMH).

Il se demande si ces résultats pourraient modifier l'avis des politiciens sur des sujets sensibles, comme l'obligation de délivrer une ordonnance ou la vente des médicaments aux médecins et hôpitaux par les groupes pharmaceutiques.

L'OFSP balaie ces critiques. «Comme le sujet de la distribution de médicaments par les médecins a été exclue de la révision de la loi, l'étude n'est pas nécessaire», explique la porte-parole Michaela Kozelka. L'étude ne sera publiée que lorsque le Conseil fédéral aura tranché sur la question des marges lors de la vente des médicaments.

En parallèle à une autre étude

La caisse-maladie Helsana a entretemps mené sa propre enquête sur le sujet dans le canton de Zurich et selon certaines sources, ses résultats seraient proches de ceux de l'OFSP. Il en ressort que les médecins qui distribuent les médicaments ne contribuent pas plus que les autres à l'explosion des coûts de la santé.

Selon Urs Stoffel à la FMH, cette étude montre très clairement que contrairement à la croyance, les médecins avec licence en pharmacie ne délivrent pas plus de médicaments que les autres.

Même son de cloche avec Lorenz Schmid, président de la Fédération des pharmacies zurichoises, qui rappelle aussi que les médecins enregistrent de meilleurs rendements en prescrivant des génériques plutôt que des médicaments onéreux. Ces derniers sont habituellement laissés aux pharmaciens.

Créé: 17.11.2014, 11h10

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.