Lundi 11 novembre 2019 | Dernière mise à jour 21:01

Santé La planète touchée par une malnutrition «alarmante»

Obésité ou carence alimentaire: un rapport rendu public jeudi révèle que de nombreuses personnes dans le monde se nourrissent mal.

Image: Archive/photo d'illustration/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Alors que la faim est repartie à la hausse dans le monde depuis plus de deux ans, «la situation est alarmante»: «que les pays soient riches ou pauvres, ils connaissent une forme ou une autre de malnutrition», retard de croissance, carence en oligo-éléments, rachitisme, surpoids, ou obésité, a expliqué Corinna Hawkes, directrice du centre de politique nutritionnelle de University of London.

Le rapport annuel, intitulé «Global nutrition report», fait le point sur l'ensemble des données internationales portant sur près de 200 pays. Ces données viennent de la FAO (l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture), du Programme alimentaire mondial (PAM), de l'Unicef, de l'Organisation mondiale de la santé, mais aussi d'ONG, de fondations et d'universités.

Au total, 141 pays combinent au moins trois formes de malnutrition - retard de croissance pour les enfants, anémie et/ou surpoids pour les femmes -, dont 41 à un niveau très élevé, indique le rapport. Celui-ci s'inquiète en particulier de voir «de vastes populations réfugiées du Moyen-Orient combiner retards de croissance, rachitisme, déficiences en oligo-éléments et obésité», notamment au Liban.

Boissons sucrées

Les experts se préoccupent notamment de la forte hausse ( 54,9%) des ventes de lait maternisé industriel enregistrée entre 2005 et 2017 dans le monde, estimant qu'un «changement significatif (et sans précédent) du régime alimentaire des bébés et jeunes enfants est en cours» dans le monde.

Le rapport pointe le rôle de l'industrie alimentaire et des excès de sel, de sucre et de graisse dans les aliments transformés. 59% des enfants boivent ainsi des sodas quotidiennement en Amérique Latine et aux Caraïbes, 52% en Afrique, 44% en Océanie et 40% en Asie.

En soulignant que 59 pays ont mis en place des taxes sur les boissons sucrées, le rapport appelle chaque gouvernement à définir ses priorités nutritionnelles. Il les exhorte à allouer des ressources pour mieux quantifier et comprendre les problèmes coexistant au sein d'une même population.

Le Mexique, qui a institué une taxe, a vu ses ventes de boissons sucrées baisser de 10%, a expliqué Mme Hawkes. «Lorsque les pays prennent des mesures, il y a vraiment des résultats», a-t-elle ajouté. (ats/nxp)

Créé: 29.11.2018, 12h00

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.