Lundi 19 novembre 2018 | Dernière mise à jour 05:44

Réchauffement climatique 700 scientifiques tirent la sonnette d'alarme

Un collectif de scientifiques français veut pousser les dirigeants à prendre des mesures contre le réchauffement climatique.

Une «marche pour le climat» est organisée samedi dans plusieurs villes, dans le monde et en France.

Une «marche pour le climat» est organisée samedi dans plusieurs villes, dans le monde et en France. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sept cents scientifiques français ont lancé un appel aux dirigeants politiques pour qu'ils passent «de l'incantation aux actes pour enfin se diriger vers une société sans carbone». La Terre est déjà entrée pleinement dans le «futur climatique», mettent-ils en garde.

«Seuls des changements immédiats et des engagements à court terme, dans le cadre d'objectifs clairs et ambitieux à horizon 2030, peuvent nous permettre de relever le défi climatique», lancent ces scientifiques en Une du journal français Libération, daté de samedi.

Alors qu'une «marche pour le climat» est organisée le même jour dans plusieurs villes dans le monde et en France, ces scientifiques déplorent que nous soyons «d'ores et déjà pleinement entrés dans le 'futur climatique' (...) Hausse du niveau de la mer, désoxygénation et acidification des océans: les manifestations concrètes du changement climatique ne cessent de s'accumuler».

Solutions déjà disponibles

«Les discours sont insuffisants, comme le montrent les récents chiffres d'émissions de gaz à effet de serre (...) Il est tout aussi crucial qu'urgent de sortir du champ de l'incantatoire et de traduire concrètement ces discours en choix politiques forts et clairs au service d'une transformation sociétale profonde», poursuivent ces 700 chercheurs et professeurs d'écologie, de physique ou encore d'économie.

«Cette transformation (...) n'est pas une utopie. Elle repose pour beaucoup sur des solutions déjà disponibles», rappellent-ils, appelant à faire de la lutte contre le changement climatique «un objectif politique de premier ordre».

Cette tribune intervient quelques jours après la démission du populaire ministre de l'écologie français Nicolas Hulot, qui ne voulait plus que sa «présence au gouvernement signifie qu'on est à la hauteur sur ces enjeux-là». (ats/nxp)

Créé: 08.09.2018, 06h21

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters