Vendredi 19 juillet 2019 | Dernière mise à jour 13:01

Pollution Le monde est malade de ses gadgets

Des milliers de gens se sont rués hier sur le nouvel iPad. Pendant ce temps, une étude tire la sonnette d’alarme: le volume de déchets électroniques va exploser en Afrique.

?Les déchets électroniques peuvent polluer, comme ici au Ghana, ou être nocifs pour la santé de ceux qui les démontent.

?Les déchets électroniques peuvent polluer, comme ici au Ghana, ou être nocifs pour la santé de ceux qui les démontent. Image: Ouedraogo Nyaba/SIPA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les fans se sont comme d’habitude pressés dans les Apple Store du monde entier. Le but: acheter le dernier-né de la saga iPad sorti hier en magasin. La consommation d’objets électroniques explose ces dernières années. Téléphones portables, ordinateurs, écrans plats et maintenant tablettes, tous ces produits ont des durées de vie courtes et sont vite remplacés par les dernières nouveautés. C’est donc bien la poubelle que rejoindra un jour le dernier joujou d’Apple.

Containers de matériel usagé

Et bien trop souvent, le gadget high-tech ne sera pas recyclé. Selon l’Union internationale des télécommunications (UIT), rattachée à l’ONU, «les déchets électroniques devraient croître de façon exponentielle ces prochaines années, en particulier dans les pays en développement, mais seulement 13% des déchets électroniques sont recyclés».

Les experts de la gestion de déchets électroniques se sont réunis cette semaine au Kenya. L’ONU en a profité pour sortir un rapport ciblé sur l’Afrique. Le constat est sans appel: d’ici à 2017, le continent générera plus de déchets high-tech que l’Europe. Le marché y est en pleine expansion. «Le taux de pénétration concernant les ordinateurs personnels a été multiplié par dix au cours de la décennie écoulée, et le nombre d’abonnés à la téléphonie mobile par cent», indique le rapport.

Mais l’Afrique souffre aussi des déchets importés depuis d’autres continents. Des containers provenant de pays industrialisés sont envoyés quotidiennement. L’analyse menée par l’ONU entre mars et juillet 2010 de 176 containers de produits électroniques usagés importé au Nigeria a révélé que 75% du contenu provenaient d’Europe, principalement d’Angleterre, de France et d’Allemagne. Souvent, les gadgets usagés ne fonctionnent plus et finissent directement dans des décharges. Or les appareils sont composés de produits toxiques. Le rapport révèle que le ramassage et le démontage sont généralement effectués par des enfants de moins de 12?ans.

Cette semaine également, l’UIT a annoncé avoir trouvé un nouvel accord pour améliorer la gestion des déchets au niveau mondial. «Le secteur des technologies de l’information et de la communication fait déjà des progrès significatifs pour améliorer sa performance environnementale et pour réduire les déchets électroniques au moyen de meilleures pratiques et de meilleurs standards», a déclaré son secrétaire général, Hamadoun Touré. Mais c’est aussi aux consommateurs de réfléchir à l’impact que peut avoir sur l’environnement leur frénésie de gadgets high-tech.

Créé: 17.03.2012, 07h29

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.