Mercredi 23 octobre 2019 | Dernière mise à jour 01:47

Conservation des espèces Un tiers des animaux menacé dans les terres australes

Même dans des régions isolées, comme les terres australes et antarctiques françaises, la faune n'est pas à l'abri des activités humaines.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Selon une «liste rouge des oiseaux, des mammifères et des reptiles» de cette zone, la première du genre, publiée le mardi 10 mars, «sur 98 espèces évaluées, un tiers, soit 32, sont menacées» à des degrés divers, a indiqué Bernard Cressens, président du Comité français de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) au cours d'une conférence de presse.

Certaines, comme l'albatros d'Amsterdam, la tortue imbriquée et le pétrel géant sont «en danger critique» selon cette liste, établie par le Muséum national d'Histoire naturelle et le Comité français de l'UICN, en partenariat avec la collectivité des TAAF.

Cette évaluation montre que de nombreuses espèces ne sont pas à l'abri de l'impact des activités humaines, bien qu'elles vivent dans des zones isolées.

Parmi les menaces, Bernard Cressens cite «les espèces introduites» par l'homme comme les rats, la pêche à la palangre qui «a ravagé certaines espèces», l'apparition de «nouvelles maladies» et «le changement climatique» qui a un impact notamment sur «les zones d'alimentation».

Les oiseaux particulièrement en danger

Selon la liste rouge, 10 espèces sur 27 sont menacées sur les îles Eparses, situées autour de Madagascar, 16 sur 58 sur les Terres australes (Crozet, Kerguelen), et 6 sur 13 en Terre Adélie.

Les oiseaux sont particulièrement en danger, notamment plusieurs espèces d'albatros, de puffins, de phaétons, de sternes et de pétrels.

L'orque et le dauphin de Commerson sont considérés comme «en danger» dans les Terres australes, de même que la tortue verte sur les îles Eparses.

Même le manchot empereur, le plus célèbre habitant de Terre Adélie, est désormais «vulnérable». Selon les auteurs de la Liste rouge, si rien n'est fait, «il devrait connaître un déclin atteignant plus de 80% à l'horizon 2100». (afp/nxp)

Créé: 10.03.2015, 17h08

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.