Dimanche 29 mars 2020 | Dernière mise à jour 11:07

Etude Le Groenland plus touché que prévu par le réchauffement

Des chercheurs indiquent que le Groenland est plus sensible au changement climatique qu'on le pensait jusqu'ici.

La calotte glacière du Groenland pourrait avoir totalement disparue dans 2000 ans.

La calotte glacière du Groenland pourrait avoir totalement disparue dans 2000 ans. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La calotte glaciaire du Groenland, dont la fonte contribue à la montée du niveau de la mer, est plus sensible au réchauffement climatique que ce qui était admis jusqu’ici, suggère une étude publiée dimanche dans la revue scientifique «Nature Climate Change».

De précédentes études avaient établi un seuil de réchauffement de +3,1 degrés par rapport à l’époque pré-industrielle au-delà duquel les glaces qui recouvrent le Groenland pourraient avoir totalement fondues, d’ici des millénaires.

Cette nouvelle étude, à partir de simulations numériques, abaisse ce seuil à +1,6 degré (dans une plage allant de +0,8C à +3,2C), sachant que la planète s’est déjà réchauffée de 0,8C depuis le milieu du 18e siècle.

Le temps que prendrait une fonte totale de la calotte (ou inlandsis) du Groenland dépend de la durée et de l’ampleur du dépassement de ce seuil: elle pourrait avoir disparu en 2000 ans en cas de réchauffement de +8C mais en 50’000 ans en cas de hausse contenue à +2C, selon les chercheurs de l’Institut de Potsdam (PIK) et de l’Université Complutense de Madrid.

Fonte irréversible

Limiter la hausse à 2C est l’objectif que s’est fixé la communauté internationale mais, au regard des émissions actuelles de gaz à effet de serre, le monde semble actuellement davantage sur une trajectoire +3 à +4C.

Le Groenland constitue, après l’Antarctique, la seconde retenue d’eau sur terre. Une fonte importante de la calotte glaciaire, qui recouvre environ 80% du territoire, pourrait contribuer à une élévation de plusieurs mètres du niveau de la mer et affecter la vie de millions de personnes, rappellent les auteurs.

«Notre étude montre que, sous certaines conditions, la fonte des glaces du Groenland devient irréversible», précise par ailleurs l’un des chercheurs, Andreï Ganopolski, de l’Institut de Postdam.

Cela s’explique par les interactions existant entre le climat et la calotte glaciaire. La calotte peut atteindre plus de 3000 mètres d’épaisseur et s’élève ainsi à des altitudes où les températures sont plus froides. Mais en fondant, sa surface s’affaisserait à des altitudes où les températures sont plus élevées, ce qui contribuerait à accélérer encore le processus. (ats/nxp)

Créé: 12.03.2012, 09h19

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.