Samedi 21 avril 2018 | Dernière mise à jour 12:54

Europe Le réchauffement global derrière la canicule

Une étude confirme mercredi que le réchauffement climatique est lié à la chaleur exceptionnelle de l'été 2017 en Europe.

Le dérèglement du climat, généré par les activités humaines, a rendu dix fois plus probable la survenue d'un été aussi chaud.

Le dérèglement du climat, généré par les activités humaines, a rendu dix fois plus probable la survenue d'un été aussi chaud. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les vagues de chaleur qui ont affecté cet été le sud de l'Europe portent bien la trace du changement climatique, selon un rapport de l'ONG scientifique Climate Central paru mercredi.

Selon ces chercheurs, qui ont fait tourner modèles informatiques et relevés de températures, le dérèglement du climat, généré par les activités humaines, a rendu dix fois plus probable la survenue d'un été aussi chaud.

Et d'ici 2050, l'été 2017 sera un été typique dans le sud de l'Europe si le monde n'arrive pas à réduire les concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère, ajoutent-ils. Ces recherches ont été menées dans le cadre du projet scientifique international Worldwide Weather Attribution, qui vise à déterminer si les épisodes météorologiques extrêmes sont liés au réchauffement mondial.

Preuves de l'influence humaine

«Nous avons trouvé de nettes preuves d'une influence humaine sur le record de chaleur de cet été - sur la température en général et spécifiquement sur la vague de chaleur baptisée Lucifer », indique Geert Jan van Oldenborgh, chercheur au Royal Netherlands Meteorological Institute (KNMI).

Cette canicule surnommée «Lucifer» a touché début août notamment le sud-est de la France, l'Italie et la Croatie. L'étude estime qu'un tel événement est aujourd'hui au moins quatre fois plus probable qu'en 1900.

«De nombreuses communes du sud de l'Europe ont désormais une chance sur dix de vivre chaque été un épisode de canicule aussi fort que celui de cet été», ajoute Geert Jan van Oldenborgh. «Alors qu'au début du 20e siècle, un tel été aurait été extrêmement rare», selon lui.

Pour le chercheur Robert Vautard, du Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement (LSCE, près de Paris), «il est essentiel que les villes travaillent avec les scientifiques et les experts en santé publique pour développer des plans d'action, car une chaleur aussi extrême sera la norme au milieu du siècle». (afp/nxp)

Créé: 27.09.2017, 06h29


Sondage

Remplacer nos politiciens par des citoyens tirés au sort. Une bonne idée, selon vous?



Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.