Vendredi 13 décembre 2019 | Dernière mise à jour 08:23

Climat À l'unanimité, l'homme est bien responsable du réchauffement

Sur 11 000 études scientifiques publiées en 2019, aucune ne nie l'implication humaine dans le changement climatique. Une première.

L'émission massive de CO2 due à l'activité humaine est bien la principale responsable du fort réchauffement.

L'émission massive de CO2 due à l'activité humaine est bien la principale responsable du fort réchauffement. Image: iStock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Qui peut encore, en 2019, douter que l'activité humaine est responsable de l'incroyable réchauffement climatique de la planète? Quelques politiciens, encouragés généralement par des industriels ou producteurs d'énergies fossiles ainsi qu'une partie de la population, parmi laquelle quelques complotistes. Mais certains scientifiques également. Ainsi, en 2013, une analyse de
1000 articles parus entre 1991 et 2011 consacrés au changement climatique montrait que 2,9% d'entre eux ne reconnaissaient pas de lien entre le réchauffement en l'homme.

En 2017, James Powell, professeur à l'Université de Floride, rééditait l'expérience et analysait plus de 54 000 études, pour découvrir que le consensus sur la responsabilité humaine dans le changement climatique se montait à 99,94%. Une quasi unanimité, quoi!

100% en 2019

Le même professeur vient de publier dans la revue SAGE les résultats de sa nouvelle analyse, concernant cette fois uniquement les travaux publiés entre janvier et août 2019, soit tout de même 11 602 études. Le «quasi» a disparu: 100% des scientifiques qui ont publié cette année des textes sur le sujet admettent que l'activité humaine est responsable du réchauffement, écrit ZME Science.

Certains libellés d'articles laissaient pourtant penser qu'un doute pouvait subsister, comme l'un titré «Le réchauffement climatique est-il déjà arrivé?». Mais même dans ce cas, les auteurs reconnaissaient la causalité humaine. Pour le professeur Powell, il aura donc fallu 52 ans pour arriver à un tel consensus, soit depuis les travaux de Manabe et Wetherald en 1967 qui, avec un modèle informatique, montraient que l'augmentation des émissions de CO2 conduirait à réchauffement de 2 degrés.

Aucune excuse pour ne pas agir

Une telle unanimité, à moins que l'on considère qu'il s'agit du plus grand complot mondial de tous les temps, ne permet plus aux négationnistes du réchauffement à trouver des excuses pour ne pas agir, selon le professeur Powell. Pour ceux parmi la population qui seraient toutefois toujours sceptiques, inutile de leur brandir des statistiques ou de tenter de leur prouver via les études les plus pointues la responsabilité humaine dans le changement climatique. On peut juste rappeler quelques faits de base, comme le faisait déjà il y a quelques années l'excellente émission de France 3, «C'est pas sorcier», consacrée à la question.

Le «C'est pas sorcier» de 2013, titré «Coup de chaud sur la planète». Vidéo YouTube/France 3

Créé: 29.11.2019, 19h22

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.