Samedi 18 janvier 2020 | Dernière mise à jour 18:34

Santé Grave manque de nouveaux antibiotiques

L'OMS a alerté mercredi contre un «grave manque de nouveaux antibiotiques en développement», les bactéries étant de plus en plus résistantes.

L'OMS a publié en février la liste de douze familles de «superbactéries» contre lesquelles elle juge urgent de développer de nouveaux traitements.

L'OMS a publié en février la liste de douze familles de «superbactéries» contre lesquelles elle juge urgent de développer de nouveaux traitements. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Face à la «menace» croissante des bactéries résistantes aux traitements, il y a un «grave manque de nouveaux antibiotiques en développement», alerte mercredi un rapport de l'OMS. La résistance aux antimicrobiens est une urgence sanitaire mondiale, prévient-il.

Elle met sérieusement en péril les progrès de la médecine moderne, souligne le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Il estime «urgent de multiplier les investissements dans la recherche et le développement pour les infections résistantes aux antibiotiques, y compris la tuberculose».

L'agence de santé de l'ONU a recensé 51 nouveaux produits antibactériens en développement clinique pour traiter les agents pathogènes prioritaires résistants aux antibiotiques, de même que pour la tuberculose et l'infection diarrhéique parfois mortelle due au Clostridium difficile.

Mais, parmi tous ces candidats médicaments, «huit seulement» sont des «traitements innovants» susceptibles de valoriser l'actuel arsenal de traitements antibiotiques, déplore l'OMS.

Douze familles

L'organisation, qui tire régulièrement la sonnette d'alarme sur l'augmentation de la résistance aux antibiotiques, a publié en février la liste de douze familles de «superbactéries» contre lesquelles elle juge urgent de développer de nouveaux traitements, en plus de la tuberculose résistante déjà prioritaire.

Le rapport pointe un «grave manque d'options de traitement» pour la tuberculose résistante, qui tue quelque 250'000 personnes par an, ainsi que pour des bactéries, largement résistantes aux médicaments, dont des Acinetobacter et des entérobactéries (telles que Klebsiella et E. coli). Ces dernières peuvent causer des infections graves et souvent mortelles et représentent une menace particulièrement sérieuse notamment dans les hôpitaux.

Les bactéries résistantes aux antibiotiques pourraient tuer jusqu'à 10 millions de personnes par an d'ici 2050, soit autant que le cancer, selon un groupe d'experts internationaux formé en 2014 au Royaume-Uni, et auteur de plusieurs rapports sur le sujet.

Selon ce groupe d'experts, présidé par l'économiste Jim O'Neill, le phénomène cause déjà 700'000 décès par an, dont 50'000 en Europe et aux Etats-Unis. (ats/nxp)

Créé: 20.09.2017, 02h17

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.