Mardi 23 juillet 2019 | Dernière mise à jour 13:11

Santé L'EPFL découvre une barrière anti-tumeurs

Grande avancée à l'EPFL, une équipe de scientifiques a fait la découverte d'une protéine qui empêche les cellules cancéreuses de se développer.

Image: Laurent Gillieron/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des scientifiques de l'EPFL ont découvert une «barrière» biologique qui empêche les cellules cancéreuses de former de nouvelles tumeurs et, surtout, des métastases. L'étude examine des tumeurs neuroendocrines du pancréas et le cancer du sein.

L'activine est une protéine impliquée dans de nombreuses fonctions biologiques: régulation du cycle menstruel, prolifération cellulaire, différenciation, apoptose, métabolisme, homéostasie, réponse immunitaire, cicatrisation des plaies et fonction endocrinienne, explique l'EPFL lundi dans un communiqué.

L'activine B, l'un des trois types d'activine, se relie à un récepteur appelé ALK7, qui fait partie de la superfamille des récepteurs de TGF-? (tumor growth factors beta, soit les facteurs de croissance bêta), et l'active. Lorsqu'il est activé, ALK7 déclenche des réactions moléculaires et biochimiques en chaîne qui induisent des modifications cellulaires.

Mort par apoptose

Une équipe de chercheurs rattachée au laboratoire de Douglas Hanahan à l'EPFL a découvert que l'activine B et ALK7 exprimés par les cellules cancéreuses peuvent former une «barrière» qui empêche ces dernières de développer de nouvelles tumeurs ainsi que des métastases. Le projet a été dirigé par Iacovos P. Michael, un ancien chercheur postdoctoral du laboratoire de Douglas Hanahan.

Chez des souris atteintes soit de tumeurs neuroendocrines du pancréas soit du cancer du sein, les scientifiques ont remarqué que les cellules cancéreuses meurent par un processus appelé apoptose lorsque le récepteur est activé par l'activine B. A l'inverse, bloquer l'activation d'ALK7 permet aux cellules cancéreuses d'échapper à la mort et de développer des métastases dans divers organes comme le foie, les poumons ou le cerveau.

Postes de contrôle naturels

«Cette étude confirme la constatation que l'apoptose est une barrière importante contre la tumorigenèse. L'éviter est une capacité clé typique des cellules cancéreuses lors de tumeurs malignes ou de métastases», explique Douglas Hanahan.

«Eclaircir comment les cellules cancéreuses parviennent à vaincre les différents postes de contrôle' naturels pour prévenir les tumeurs malignes constitue une avancée importante dans la compréhension de la biologie tumorale et de la pathogenèse des maladies», complète Iacovos Michael. (ats/nxp)

Créé: 06.05.2019, 18h24

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters