Mardi 20 août 2019 | Dernière mise à jour 14:23

Suisse Percée dans la lutte contre le staphylocoque

La bactérie multirésistante peut provoquer une large palette d'infections graves, voire mortelles.

Le staphylocoque doré est un des principaux agents pathogènes responsables d'infections nosocomiales.

Le staphylocoque doré est un des principaux agents pathogènes responsables d'infections nosocomiales. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des chercheurs bâlois ont développé un type de cellule immunitaire génétiquement modifiée apte à combattre avec succès les infections au staphylocoque doré multirésistant. Ces travaux sont publiés dans la revue Cell.

Le staphylocoque doré résistant à l'antibiotique méticilline (MRSA) fait partie des bactéries multirésistantes posant le plus de problèmes. Lorsqu'il se multiplie ou parvient à pénétrer à l'intérieur du corps, il peut provoquer une large palette d'infections potentiellement graves, voire mortelles, septicémie et pneumonie notamment.

Il produit également un agglomérat - ou biofilm - gélatineux extrêmement difficile à combattre qui se dépose par exemple sur les prothèses, pacemakers et valves cardiaques, avec de graves complications à la clé, a indiqué jeudi l'Université de Bâle dans un communiqué.

Effet supérieur à un antibiotique

Des chercheurs de l'Hôpital universitaire de Bâle (USB), ainsi que du Département des biosystèmes de l'EPF de Zurich, basé à Bâle, ont développé une cellule immunitaire génétiquement modifiée capable de reconnaître et d'éliminer la bactérie. Elle sécrète une enzyme bactériolytique, la lysostaphine, qui détruit le MRSA.

Avec son équipe de l'USB, la professeure d'infectiologie Nina Khanna a pu démontrer l'efficacité de la méthode. Les cellules modifiées sont parvenues à lutter efficacement contre un début d'infection et également à combattre un biofilm.

Elles ont montré un effet supérieur à celui d'une antibiothérapie et selon la Pre Khanna, citée dans le communiqué, ce type de traitement ciblé est appelé à prendre de l'importance. En effet, la sécrétion de l'enzyme antibactérienne est réglable et réversible, ce qui permet d'éviter le développement de résistances, souligne la spécialiste.

Le staphylocoque doré est un des principaux agents pathogènes responsables d'infections nosocomiales. Il colonise la peau d'un tiers de la population sans provoquer de maladie, mais peut entraîner des problèmes graves chez les personnes dont l'état de santé est affaibli. En outre, certaines souches ont développé des résistances à la méticilline, un antibiotique de la famille des pénicillines. (ats/nxp)

Créé: 21.06.2018, 17h06

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.