Vendredi 17 janvier 2020 | Dernière mise à jour 21:33

Santé Les régimes alimentaires ne marchent pas

Une étude réalisée sur 800 femmes et diffusée jeudi recommande une approche personnalisée.

Selon une étude, les régimes minceur - notamment avant l'été - ne fonctionnent pas.

Selon une étude, les régimes minceur - notamment avant l'été - ne fonctionnent pas. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les régimes minceur proposés par les magazines ne marcheront jamais, car nous réagissons tous différemment à la consommation d'une nourriture saine, qui permet à certains de perdre du poids quand d'autres à l'inverse en prennent. Une étude recommande une approche personnalisée.

Une femme a ainsi présenté une hausse de son taux de sucre dans le sang à chaque fois qu'elle mangeait une tomate, aliment considéré pourtant comme faible en sucre et en graisses, selon cette étude qui a porté sur 800 personnes en Israël, et est publiée jeudi dans le journal Cell Press.

«La première très grande surprise et découverte frappante que nous avons eue, c'est la grande variabilité de réaction des gens à des plats identiques», a résumé Eran Segal, chercheur au Weizmann Institute of Science en Israël.

Les participants ont contrôlé leur sucre pendant une semaine et ont fourni des échantillons de selles afin d'analyser leur microbiome intestinal, tout en surveillant étroitement leur consommation alimentaire.

Mettre la personne au centre

«Il y a des différences profondes entre les individus - dans certains cas, ils avaient des réactions contraires les uns par rapport aux autres - et nous manquons véritablement d'informations» scientifiques à ce sujet, a souligné Eran Segal.

Le coauteur de l'étude, Eran Elinav, estime lui avoir appris sur «notre niveau d'imprécision collective concernant l'un des concepts les plus basiques de notre existence, à savoir ce que nous mangeons et comment nous intégrons la nutrition dans notre vie quotidienne».

Au lieu de suivre des régimes alimentaires standard, il faut une approche beaucoup plus personnalisée, mettant les personnes au centre du régime et non l'inverse, ce qui permet non seulement de les aider à contrôler leur taux de sucre mais aussi à améliorer leur santé, suggère Eran Elinav.

Les deux chercheurs affirment avoir avancé sur un système capable de fournir une meilleure analyse nutritionnelle en fonction des individus. La méthode nécessiterait d'envoyer des échantillons de selles pour analyser les bactéries du système digestif, les chercheurs ayant identifié des microbes spécifiques corrélés aux niveaux de sucres dans le sang après les repas. (ats/nxp)

Créé: 20.11.2015, 03h41

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.