Jeudi 21 novembre 2019 | Dernière mise à jour 18:17

Astrophysique 5000 «yeux» pour suivre l'univers en expansion

Impliquant des chercheurs de l'EPFL, un projet visant à lever le voile sur la nature de l'énergie noire entre dans sa dernière phase de test.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Dark Energy Spectroscopic Instrument (DESI) est un projet mené par les Etats-Unis visant à découvrir la nature de l’énergie noire. Ce projet, auquel des astrophysiciens de l’EPFL ont contribué, entre dans sa dernière phase de test. Les premiers résultats sont attendus en 2021.

Dizaines de millions de galaxies

Le DESI a été mis au point pour examiner la nature de l’énergie noire en mesurant en détail l’expansion accélérée de l’Univers, a indiqué mercredi l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) dans un communiqué. L’énergie noire est un élément mystérieux qui constitue environ 68% de la masse-énergie de l’Univers actuel.

DESI a annoncé sa «première lumière» (First Light), entrant dans sa phase finale de test et de mise en service sur le télescope Mayall à l’Observatoire de Kitt Peak. Cela signifie que l’instrument sera prêt à commencer ses observations scientifiques début 2020. La première publication importante de données est attendue pour 2021.

Ces quatre prochaines années, des spectres optiques de dizaines de millions de galaxies et de quasars seront recueillis pour créer une carte 3D couvrant l’Univers proche jusqu’à 11 milliards d’années-lumière.

Pour ce faire, DESI utilisera 5000 «yeux» de fibre optique pour capturer la lumière de 5000 objets différents, principalement des galaxies, mais aussi des quasars et quelques étoiles qui serviront surtout à l’étalonnage de l’instrument.

Distance à la Terre

DESI est conçu pour pointer automatiquement une série prédéterminée de galaxies, recueillir leur lumière, puis, grâce à dix spectrographes, séparer cette lumière en bandes de couleurs étroites afin de représenter sur une carte leur distance par rapport à la Terre. Les scientifiques pourront calculer l’expansion de l’Univers en fonction de la lumière des galaxies qui a atteint notre planète.

Des scientifiques de l’EPFL ont entre autres contribué à déterminer quelles galaxies allaient être observées et à créer le système robotique de positionnement des fibres optiques.

Ce dernier a été réalisé dans le cadre du groupe interdisciplinaire Astrobots, qui participera également au traitement de l’énorme quantité de données que fournira DESI. L’EPFL et le Fonds national suisse ont apporté une contribution de près d'un million de francs au projet. (ats/nxp)

Créé: 30.10.2019, 16h48

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.