Samedi 17 août 2019 | Dernière mise à jour 17:02

Etude Les abeilles communiquent moins avec la danse

Deux chercheurs, dont un de L'UNIL, constatent que les abeilles ont mis la danse de côté pour communiquer entre elles afin de trouver du nectar et du pollen.

Dans le monde entier, et particulièrement en Europe et en Amérique du Nord, les abeilles sont décimées depuis le début des années 2000.

Dans le monde entier, et particulièrement en Europe et en Amérique du Nord, les abeilles sont décimées depuis le début des années 2000. Image: archive/photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La danse des abeilles perd de son importance en raison de l'environnement construit humain, selon une étude de chercheurs lausannois. Or c'est le moyen qu'utilisent ces insectes pour indiquer à leurs congénères la direction et la distance des sources de nourriture.

Robbie I'Anson Price, de l'Université de Lausanne (UNIL), et Christoph Grüter, de l'Université de Mayence (D), rapportent dans la revue «Science Advances» que des abeilles ayant «appris» à renoncer à ce mode de communication s'en sortent mieux dans un environnement périurbain que celles qui s'y fient pour trouver nectar et pollen.

Les chercheurs ont ainsi privé certaines colonies installées sur le site de l'UNIL de cette faculté de communiquer en recouvrant une partie des ruches de manière à ce que les abeilles exploratrices ne puisse voir le ciel lorsqu'elles rentrent. Ainsi, elles ne disposaient pas de la lumière polarisée qui leur permet d'orienter leur danse.

Du charabia

«C'est comme si tout à coup les messagères se mettaient à parler en charabia», a expliqué à Keystone-ATS M. I'Anson Price. Conséquence: les abeilles réceptrices ont vite compris que les informations transmises par leurs congénères n'étaient pas fiables, et la ruche a changé de stratégie en augmentant d'un quart le nombre de butineuses envoyées en quête de nourriture.

Et cela s'est avéré payant: au terme de l'étude, ces ruches avaient pris davantage de poids que celles dont le mode de communication était resté inchangé. Pour les chercheurs, c'est l'environnement façonné par l'être humain qui est en cause, avec en l'occurrence de nombreuses sources de nourriture, mais de faible qualité.

«Si une source de nourriture est difficile à trouver, mais de grande qualité, alors la dépense en temps et en énergie de la communication par la danse en vaut la peine», estime M. I'Anson Price. Cette danse est apparue au cours de l'évolution à une époque où le paysage n'était pas encore imprégné par l'être humain et où ce type de sources de nourriture de haute valeur était plus fréquent.

Aujourd'hui, les abeilles ont plutôt affaire à de larges étendues présentant de nombreuses sources nutritionnelles de faible qualité. Dès lors, «nos résultats tendent à indiquer que la danse n'est plus adaptée à un environnement façonné par l'être humain», conclut le spécialiste.

Malnutrition, parasites et pesticides

Dans le monde entier, et particulièrement en Europe et en Amérique du Nord, les abeilles sont décimées depuis le début des années 2000 par un mal mystérieux, «le syndrome d'effondrement des colonies», qui se traduit par des pertes comprises entre 30% et 90%.

Sur le banc des accusés: les pesticides, des virus, des champignons, des parasites ou encore la malnutrition résultant de cultures moins variées et de fleurs moins nombreuses. (ats/nxp)

Créé: 15.02.2019, 09h24

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.