Dimanche 19 août 2018 | Dernière mise à jour 10:42

Espace Quel avenir pour Falcon Heavy?

La super fusée SpaceX a décollé avec succès mardi. Mais le futur économique «de ce lanceur est assez obscur», selon une spécialiste.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

En réussissant à lancer sa voiture de sport rouge cerise juchée sur la plus puissante fusée du monde en direction de Mars, Elon Musk, le fondateur de SpaceX, a suscité l'enthousiasme du grand public. Mais à quoi va désormais servir Falcon Heavy?

Le marché le plus immédiat pour Falcon Heavy est le lancement de satellites trop lourds pour la concurrence. La fusée est capable d'emporter jusqu'à 64 tonnes en orbite terrestre, soit plus de deux fois plus que sa concurrente directe, la fusée Delta IV Heavy.

En mettant sa voiture personnelle en orbite lointaine, M. Musk n'a pas seulement fait un coup, il a aussi démontré à ses clients potentiels qu'il avait la capacité de déposer leur charge utile où ils le souhaitaient.

SpaceX a un autre atout de taille: à 90 millions de dollars le tir, grâce à la récupération et à la réutilisation prévue des lanceurs, l'entreprise est trois fois moins chère que sa plus proche concurrente.

Satellites plus petits

Pour Isabelle Sourbès-Verger, chercheuse du CNRS, spécialiste des politiques spatiales, «avec ses boosters réutilisables, plus il tire plus il fait baisser ses coûts». Falcon Heavy a déjà séduit deux clients: Arabsat, un consortium de communication par satellites de pays arabes, et l'armée de l'air américaine.

Pour autant, le marché a beaucoup changé depuis 2011, quand Elon Musk avait annoncé son projet de fusée Falcon Heavy. Depuis les petites fusées ont amélioré leurs performances d'emport et les satellites sont devenus plus petits.

Pour la chercheuse française, «la justification économique de ce lanceur est assez obscur», mais elle souligne que M. «Musk est un excellent vendeur».

A la naissance du projet, SpaceX pensait lancer autant de Falcon Heavy que de Falcon 9. Aujourd'hui, ce sera plutôt deux à trois fois moins de tirs du lanceur lourd que de la fusée plus petite.

L'entreprise pense qu'il y a de la place pour elle. «Une partie du marché commercial a besoin de Falcon Heavy», confiait Gwynne Shotwell, directrice générale de SpaceX, au Los Angeles Times l'été dernier. Le marché «est là. Il va être stable, mais il est beaucoup plus petit que ce que nous pensions».

Objectif Lune

Il y a un an presque jour pour jour, SpaceX a annoncé avoir conclu un contrat avec deux passagers payants pour les faire orbiter autour de la Lune et les faire revenir sains et saufs sur Terre. Un exploit qui n'a pas été réalisé depuis Apollo 17 en décembre 1972.

Les deux touristes de l'espace seraient installés à bord de Dragon2 - une version pour passagers de la capsule qui livre déjà du fret à la station spatiale internationale pour le compte de la NASA - et propulsés par une fusée Falcon Heavy.

Le tourisme spatial est un marché prometteur même si, en raison des coûts, il est réservé pour longtemps aux ultra-riches. Le voyage vers la Lune était prévu fin 2018, mais SpaceX est resté discret sur l'état d'avancement du projet.

SpaceX n'est pas la seule à viser la Lune. En décembre 2017, Donald Trump a assigné à l'agence spatiale américaine la tâche d'installer une base sur la Lune pour une mission ultérieure vers Mars à l'horizon de la décennie 2030.

A l'assaut de Mars

La colonisation de la planète rouge est le véritable objectif d'Elon Musk et la Falcon Heavy n'est qu'une étape dans ce projet grandiose qui doit être accompli grâce au prochain lanceur dont le fantasque entrepreneur a présenté les grandes lignes à l'automne 2017.

Cette fusée, pour l'heure surnommée «Big fucking rocket» ou BFR (littéralement «putain de grosse fusée») doit permettre à SpaceX de résoudre un des problèmes pour aller sur Mars: le financement.

La BFR sera la fusée à tout faire et devra à terme remplacer les lanceurs Falcon 9 et Falcon Heavy tout comme la capsule Dragon.

La BFR est conçue pour mesurer 106 mètres de hauteur, avoir une poussée de 10,8 millions de livres soit bien plus que la plus puissante fusée jamais construite, la Saturn V (7,9 millions) qui a envoyé des astronautes sur la Lune au tournant des années 1970.

Le premier essai pourrait se dérouler dès 2019, avec des tests orbitaux en 2020. Les premiers équipements pourraient atteindre Mars en 2022.

Le vol réussi de mardi a rasséréné Elon Musk. Cela «me rassure sur le fait que BFR est réalisable. Cela me donne une grande confiance dans le fait que nous pouvons arriver à faire fonctionner le design du BFR», a dit M. Musk mardi. (ats/nxp)

Créé: 08.02.2018, 06h55

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.