Vendredi 22 novembre 2019 | Dernière mise à jour 18:34

Aviation L'avion Solar Impulse met le cap sur l'Espagne

Solar Impulse SA a signé un accord avec la start-up Skydweller, basée en Espagne, pour un «nouvel usage» de l'appareil.

Image d'archive de Bertrand Piccard.

Image d'archive de Bertrand Piccard. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Trois ans après avoir bouclé son tour du monde à Abou Dhabi, l'avion solaire de Bertrand Piccard et André Borschberg va entamer une seconde vie. Solar Impulse SA a signé un accord avec la start-up Skydweller, basée en Espagne, pour un «nouvel usage» de l'appareil.

La société américano-espagnole Skydweller souhaite tirer profit du savoir-faire de Solar Impulse en matière d'avions solaires pour développer, tester et industrialiser des appareils volants autonomes et sans équipage, explique mercredi Solar Impulse dans un communiqué. Ces véhicules de haute altitude suscitent un grand intérêt pour des applications dans le domaine de la collecte de données, des prévisions météo et des télécommunications, notamment.

«Au lieu de commencer à zéro, la start-up peut compter sur un appareil qui a fait ses preuves», a expliqué à Keystone-ATS Gregory Blatt, directeur de Solar Impulse. «Ils nous ont présenté un projet qui nous a plu. Ils ont derrière eux un consortium de sociétés, avec Altran comme partenaire privilégié», a-t-il ajouté.

Pièces détachées

L'avion qui a fait le tour du monde par étapes propulsé uniquement à l'énergie solaire a été vendu, pour un montant qui n'est pas révélé. Il se trouve actuellement en pièces détachées, à Morges. Il devrait gagner l'Espagne d'ici quatre à six semaines, selon M. Blatt.

Bertrand Piccard, cité dans le communiqué, espère que Solar Impulse «pourra continuer d'illustrer le fait que les technologies propres peuvent atteindre l'impossible tout en construisant un futur durable». André Borschberg parle lui d'un «nouveau chapitre important dans le secteur de l'aviation durable».

Les autorités de la région Castille-La Manche, où est basée la start-up, prévoient de soutenir financièrement le projet, selon le communiqué de presse. Une fois que Skydwell aura terminé ses travaux, il est prévu que l'avion revienne en Suisse, pour être exposé au Musée des transports à Lucerne, a expliqué M. Blatt. (ats/nxp)

Créé: 11.09.2019, 23h38

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.