Samedi 7 décembre 2019 | Dernière mise à jour 02:06

Le premier qui rira... Les chèvres préfèrent les visages souriants

Une récente étude indique que tout comme les chiens, les chèvres sont capables de décrypter les émotions humaines.

D'après une étude menée à Londres, les chèvres sont capables de décrypter les émotions sur un visage humain.

D'après une étude menée à Londres, les chèvres sont capables de décrypter les émotions sur un visage humain. Image: iStock/maximili

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les chèvres sont capables d'interpréter les expressions faciales humaines, si l'on en croit les conclusions d'une étude réalisée à la Queen Mary University of London, en Angleterre. Et ce n'est pas tout: elles ont une nette préférence pour les visages souriants.

Menée par cinq chercheurs, l'étude publiée dans la revue scientifique Royal Society Open Science et relayée dans divers médias anglo-saxons visait à déterminer si les animaux domestiqués pour la production, comme les chèvres, sont aussi sensibles aux manifestations d'émotions humaines que les animaux domestiqués en tant que compagnons, comme les chiens.

En 2017 déjà, des chercheurs de l'Université d'Helsinki, en Finlande, avaient démontré que les chiots sont généralement attirés par les photos montrant des visages souriants. L'effet était encore plus fort lorsqu'il s'agissait du visage de leur propriétaire.

Deux photos, deux émotions et un enclos

Dans le cadre de l'étude sur les chèvres, les chercheurs ont attachés deux photos à deux extrémités d'un enclos d'environs 36 mètres carrés dans lequel se trouvait un groupe de chèvres domestiques. L'une des photos montrait une personne visiblement heureuse, l'autre une personne visiblement en colère.

Les chèvres ont ensuite pu errer librement dans l'espace. Toutes ont alors délaissé le cliché au visage en colère et se sont approchées du visage souriant. Les chercheurs ont répété l'expérience à plusieurs reprises et ont obtenu des résultats similaires.

L'emplacement joue un rôle

En déplaçant les photographies, ils ont néanmoins observé une curieux phénomène: chaque fois que l'image souriante était placée sur le côté droit de l'enclos, toutes les chèvres y semblait attirées. Cependant, leur intérêt était bien moins marqué lorsque la photographie était placée sur le côté gauche.

Les auteurs de la recherche attribue cette différence de comportement au fait que les chèvres n'utilisent qu'un côté de leur cerveau pour traiter l'information.

Ils concluent néanmoins que les chèvres peuvent non seulement distinguer les différentes expressions faciales humaines, mais elles préfèrent aussi généralement les visages manifestement heureux.

«Ces résultats suggèrent que la capacité des animaux à percevoir les indices faciaux humains n'est pas limitée à ceux qui ont une longue histoire de domestication comme compagnons, et peut donc être beaucoup plus répandue qu'on ne le croyait auparavant», résument les auteurs de l'étude.

LPH

Créé: 11.11.2019, 09h14

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.