Dimanche 15 septembre 2019 | Dernière mise à jour 08:59

Sciences Des chiens remarchent grâce à des cellules souches

Des chercheurs britanniques sont parvenus à réapprendre à marcher à des animaux paralysés suite à des blessures à la moelle épinière.

Vidéo: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Nouvel espoir pour ceux qui ont perdu l'usage de leurs jambes. Une expérience britannique, dont les résultats ont été publiés lundi dans la revue Brain, a permis à des chiens souffrants de paraplégie de remarcher. Ces bêtes ont été traitées par des chercheurs de l’Université de Cambridge (Royaume-Uni). Ces scientifiques ont prélevé des cellules nerveuses olfactives à l'intérieur du museau des animaux pour les cultiver et les réinjecter dans la partie malade de 17 animaux souffrant d'une blessure sévère au niveau de la moelle épinière, a rapporté France 2.

Après avoir reçu les cellules sous forme d’injections, les chiens ont été testés à un mois d'intervalle à l'aide d'un tapis roulant et d'un harnais. Au bout de 6 semaines, les lésions de certains chiens en traitement ont commencé à se résorber et leurs capacités de bouger les pattes arrière sont graduellement revenues. Au bout de 3 mois, ils étaient capables de cordonner les mouvements de leurs pattes arrière avec ceux de devant.

"Avant l'essai, Jasper était incapable de marcher. Quand nous le sortions dehors, nous utilisions une écharpe pour ses pattes arrière afin qu'il puisse exercer celles de devant. C'était à fendre le cœur. Mais maintenant, nous ne pouvons plus l'empêcher de filer partout dans la maison et il peut même suivre les deux autres chiens que nous avons. C'est tout à fait magique", a témoigné la propriétaire d'un des chiens citée par le Telegraph.

Mais les scientifiques estiment qu'il faudra encore de "longues années" avant que cette technique puisse être appliquée à l'être humain, met en garde le site maxiscience.com. "Nos conclusions montrent pour la première fois que transplanter ces types de cellules dans une moelle épinière sévèrement endommagée peut apporter une amélioration significative", a expliqué le professeur Robin Franklin, coauteur de l'étude. "Mais chez des patients humains souffrant d'atteintes à la moelle épinière il y a un long chemin avant de dire que les cellules souches pourraient être capables de faire retrouver toutes les fonctions perdues", a-t-il affirmé.

Créé: 20.11.2012, 14h48

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.