Dimanche 5 avril 2020 | Dernière mise à jour 12:36

Médecine Le décodage du génome du cobra va sauver des vies

Des scientifiques ont réussi à percer les secrets génétiques de l'un des plus dangereux serpents du monde, promesse d'un anti-venin efficace.

Le venin du cobra à lunettes, ou cobra indien, est un incroyable et complexe mélange de toxines.

Le venin du cobra à lunettes, ou cobra indien, est un incroyable et complexe mélange de toxines. Image: iStock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Si l'on pouvait classer les découvertes scientifiques selon leur utilité, celle de cette équipe américano-indienne figurerait certainement en bonne place. En décodant le génome du cobra à lunettes, ces chercheurs ont ouvert la voie à la création d'un anti-venin synthétique, beaucoup plus facile à produire et accessible à davantage de monde, rapporte le site ZME Science.

Plus de 100 000 morts par an

C'est loin d'être anodin puisqu'on estime que plus de 5 millions de personnes sont mordues par des serpents chaque année dans le monde. Ce qui provoque 400 000 amputations et plus de 100 000 décès. L'Inde est le pays le plus touché avec plus de 46 000 décès par an, soit près de la moitié des victimes de la planète. Ceci en raison d'une très forte densité de sa population rurale combinée avec la présence sur son territoire de quatre des serpents les plus mortels: le cobra royal, la vipère de Russell, l'échide carénée et le bongare indien.

L'injection d'un sérum anti-venin reste pour l'instant le seul traitement efficace contre les graves morsures de serpents. En Inde, l'accès à un tel traitement dans les zones rurales est difficile, ce qui explique également le fort taux de mortalité dans le pays. Dans les résultats de leur étude, publiée dans «Nature Genetics», les scientifiques qui ont décodé le génome du cobra royal rappellent que, depuis 1896, la production de sérum anti-venin n'a guère évolué. Il faut injecter de faibles doses de venin dans un grand mammifère, comme un cheval. Son organisme produit alors des anticorps dont l'on se sert pour fabriquer le sérum. Ce n'est toutefois pas la solution miracle, car ces anticorps provoquent souvent des réponses immunologiques indésirables lors des traitements et la capacité de ces sérums à neutraliser les venins est encore mal connue.

139 gènes de toxines

C'est pourquoi il fallait déjà comprendre comment le serpent fabrique son venin. Pour la première fois, à l'issue de deux ans de travaux, les scientifiques sont parvenus à établir la carte de 95% du génome du cobra à lunettes. Sur les 23 248 gènes du codage, 12 346 sont exprimés dans la glande à venin du serpent! Parmi ceux-ci, 139 sont des gènes de toxines, dont 19 sont essentiels à la production du venin. Cela montre la complexité de ce dernier et explique pourquoi une morsure de cobra peut provoquer des effets aussi variés et graves qu'un dysfonctionnement cardiovasculaire, une paralysie musculaire, des nausées, une vision trouble ou encore des hémorragies.

Avec ces résultats, les scientifiques espèrent que l'on puisse maintenant produire du venin synthétique qui devrait permettre de fabriquer rapidement du sérum anti-venin artificiel sûr et efficace, qui bloquerait ces toxines. L'équipe de chercheur estime en outre que son génome pourrait servir de référence pour celui des autres serpents et permettre ainsi la découverte de médicaments variés à base de venin.

Michel Pralong

Créé: 10.01.2020, 07h22

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.