Lundi 20 janvier 2020 | Dernière mise à jour 20:36

Météo Les incendies australiens créent des orages dantesques

Les fumées s'échappant des multiples foyers forment des nuages de feu provoquant des vents tempétueux et de la foudre.

Les fumées des incendies au sud-ouest de l'Australie, visibles depuis l'espace, contribuent à la formation de pyrocumulonimbus.

Les fumées des incendies au sud-ouest de l'Australie, visibles depuis l'espace, contribuent à la formation de pyrocumulonimbus. Image: Keystone/NASA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les incroyables incendies qui ravagent actuellement l'Australie sont tellement importants qu'ils génèrent un phénomène météo unique qui empire encore la situation. Les monstrueux dégagements de fumée provoquent en effet de violents orages, à tel point que les bureaux météorologiques ont lancé il y a trois jours des alertes concernant les régions de Victoria et de Nouvelle-Galles du Sud, dans le sud-ouest du pays. «Les feux provoquent des orages imprévisibles qui peuvent entraîner des vents destructeurs», écrivait le Bureau météorologique de Victoria. Qui a détaillé la formation de ce phénomène particulier.

1) Un panache d'air chaud et de fumée s'élève.
2) Les turbulences mélangent de l'air plus froid dans le panache qui s'élargit et monte encore.
3) Quand le panache est suffisamment haut, la faible pression atmosphérique refroidit l'air et provoque la formation d'un nuage.
4) Dans une atmosphère instable, les pyrocumulonimbus peuvent provoquer des orages.
5) L'eau dans le nuage s'évapore et se refroidit quand elle entre en contact avec l'air sec, pouvant produire une dépression tempétueuse avec des vents extrêmement violents. S'il y a suffisamment d'eau, cela peut même entraîner une bombe de pluie.
6) L'orage peut aussi produire des éclairs qui risquent de provoquer des nouveaux incendies.

Ces nuages de pyrocumulonimbus, également connus sous le nom de nuages de feu, ne se forment qu'au-dessus d'une forte source de chaleur et ont été découverts il y a quelques années lors d'importants incendies, comme ce fut le cas en Californie en 2018, explique le site Quartz. Le réchauffement climatique devrait entraîner un accroissement de ce phénomène.

Ces pyrocumulonimbus, qui peuvent monter jusqu'à 15 km d'altitude, amplifient le danger lié aux incendies de deux façons. Les rafales descendantes qui se produisent lors de ces orages peuvent atteindre 270 km/h, capables de déraciner des arbres et menaçant les pompiers qui luttent contre les flammes. En outre, les éclairs peuvent allumer d'autres incendies, provoquant de nouvelles fumées et alimentant encore nuages et orages.

69,8°C mesuré

Selon le site Keraunos, lors de l'un de ces orages, le 4 janvier dernier à Cabramurra, en Nouvelle-Galles du Sud, la station météo a relevé une température de... 69,8° C! La région était à ce moment-là cernée par les flammes et sous les pyrocumulonimbus qui ont provoqué des vents cisaillants avec des rafales mesurées à près de 130 km/h.

Michel Pralong

Créé: 06.01.2020, 18h08

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.