Mercredi 18 septembre 2019 | Dernière mise à jour 10:54

Espace La Chine lance une fusée spatiale depuis la mer

La fusée chinoise a décollé depuis une plate-forme en mer Jaune, une première qui permettra de mieux satisfaire les différents besoins de lancement en matière de satellites.

L'utilisation d'un pas de tir flottant est une première en Chine.

L'utilisation d'un pas de tir flottant est une première en Chine. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Chine a effectué mercredi un lancement de fusée spatiale depuis la mer. Une première pour ce pays, qui lui permet d'affirmer ses ambitions sur le marché de la mise sur orbite de satellites commerciaux.

Une fusée porteuse Longue-Marche 11 a été lancée à 06h06 depuis une plate-forme en mer Jaune, située entre la Chine et la péninsule coréenne, a indiqué l'agence spatiale chinoise (CNSA). Elle avait à son bord sept satellites, deux expérimentaux et cinq commerciaux, qui ont été placés en orbite.

«C'était la première tentative de la Chine de lancer une fusée porteuse depuis la mer. Cela permettra de mieux satisfaire les différents besoins de lancement en matière de satellites», s'est félicitée la CNSA.

L'utilisation d'un pas de tir flottant présente en effet plusieurs avantages. Elle permet d'acheminer la fusée plus près de l'équateur, là où elle bénéficie au mieux de la rotation de la Terre. La poussée y est plus importante et autorise le chargement de satellites plus nombreux ou plus lourds.

Réaliser des lancements en pleine mer, loin des zones d'habitation, permet également de minimiser les risques de chutes de débris en cas d'accident. Par ailleurs selon la CNSA, l'acheminement d'une fusée depuis un port chinois jusqu'à une plate-forme maritime ne prend généralement pas plus d'une semaine.

Etape importante

La Chine n'est pas la première à effectuer des lancements de fusées depuis la mer: l'entreprise Sea Launch, à capitaux désormais principalement russes, en a réalisé plusieurs dizaines entre 1999 et 2014.

L'annonce de mercredi constitue cependant une nouvelle étape importante pour le géant asiatique, qui ambitionne de concurrencer les autres puissances spatiales comme les Etats-Unis, la Russie ou l'Europe.

La Chine investit des milliards d'euros dans son programme spatial, piloté par l'armée. Elle place déjà de nombreux satellites en orbite, pour son compte (observation de la Terre, télécommunications, système de géolocalisation Beidou) ou pour d'autres pays.

En début d'année, elle est devenue la première nation au monde à faire atterrir une sonde sur la face cachée de la Lune. Elle espère envoyer une mission habitée sur l'astre lunaire «dans une dizaine d'années». (ats/nxp)

Créé: 05.06.2019, 13h07

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.