Mercredi 20 novembre 2019 | Dernière mise à jour 15:38

Etude La majorité des Suisses fait confiance à la science

Près des trois quarts des Suisses sondés jugent que la recherche fondamentale est nécessaire. Et qu'elle doit être soutenue étatiquement.

La santé et l'alimentation figurent parmi les sujets prioritaires pour la science ces prochaines années.

La santé et l'alimentation figurent parmi les sujets prioritaires pour la science ces prochaines années. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La science et la recherche jouissent toujours d'un crédit élevé auprès de la population suisse, selon une étude de l'Université de Zurich. La confiance en la science est élevée ou très élevée chez 56% des sondés, contre 57% lors du premier baromètre en 2016.

Le degré de confiance accordé aux chercheuses et aux chercheurs universitaires est encore plus important. Il est élevé ou très élevé chez près des deux tiers (64%) des répondants. Ils sont 64% également à penser que la recherche scientifique améliore leur vie. Près des trois quarts (73%) jugent que la recherche fondamentale est nécessaire. Et la même proportion estime qu'elle doit être soutenue étatiquement.

Climat et énergie prioritaires

Le climat et l'énergie arrivent en tête des thèmes considérés comme prioritaires pour la science ces prochaines années. Suivent la santé et l'alimentation, puis le trafic et la mobilité, la migration et l'intégration ainsi que la communication et la numérisation.

Sans surprise, internet est l'outil privilégié pour s'informer sur la science. Les sources les plus prisées toutes classes d'âge confondues sont l'encyclopédie en ligne Wikipédia et les sites internet et les applications mobiles des journaux et magazines.

YouTube comme source d'information

Pour les 15-34 ans, la source principale sont les plateformes vidéo comme YouTube: 44% disent y entrer souvent ou très souvent en contact avec la science et la recherche. Les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter jouent aussi un rôle important pour cette classe d'âge (30%) et même pour les 35-54 ans (28%).

L'enquête a été menée par téléphone auprès de 1050 personnes de plus de 15 ans domiciliées en Suisse romande, en Suisse alémanique et au Tessin. Les entretiens ont été conduits du 17 juin au 20 juillet 2019. (ats/nxp)

Créé: 06.11.2019, 14h20

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.